Catégorie : Argentine

Découvrez les démarches pour obtenir le PVT Argentine.

Argentine

Enora et Candie font le plein de randonnées en Argentine

Enora et Candie sont deux Françaises en PVT Argentine. La Bretonne et la Provençale ont débarqué avec une farouche envie de faire le plein de randonnées en Argentine. Elles se sont rencontrées il y a quelques années et se sont rapidement entendues autour de passions communes : le cinéma, la photographie…et le voyage bien entendu.

C’est Candie qui a eu l’idée de partie en Argentine. A vrai dire, elle y pense depuis qu’elle a vu un film argentin il y a douze ans (avec Ricardo Darin ?). Après avoir fait ses études au Canada et un long road-trip en Asie, elle s’est dit que c’était le moment de tenter l’aventure. C’est non sans mal qu’Enora a suivi la copine pour de folles aventures. Nous les avons rencontrées le temps d’un entretien.

Vous êtes restées seulement quelques jours à Buenos Aires. Qu’avez-vous préféré ?

Buenos Aires est une ville très dynamique où il est facile de découvrir de nouvelles choses chaque jour. Pour notre part, nous avons énormément aimé le quartier de Palermo Soho. L’ambiance, le lieu, les cafés et restaurants, l’art de rue, etc, tout nous plaisait là-bas. Un autre coup de cœur, le Mercado San Telmo qui est un marché permanent et surtout, surtout, le kiosque d’empanadas qui s’y trouve, un régal. Nous y sommes d’ailleurs allées plusieurs fois en quelques jours.

Vivre l'aventure PVT Argentine à Palermo
Un restaurant de Palermo Soho

Comme vous pratiquez la randonnée, vous êtes vite partie en Patagonie. Quelles ont été vos destinations coups de cœur ?

Il y en a plusieurs. Il y a bien sûr El Chalten et son Fitz Roy qui est un incontournable et qu’on ne présente plus. Nous avons également énormément aimé Bariloche car le Parc National Nahuel Huapi est un paradis pour les randonneurs. Il y a énormément de sentiers dans tout le parc et il est possible de marcher quelques heures, une journée complète ou plusieurs jours, ce qui ouvre le champ des possibles pour découvrir les alentours.

S’il ne fallait retenir qu’un panorama sur la route des sept lacs dans la région de Bariloche, où ce serait ?

Nous sommes d’accord pour dire que le panorama depuis le Cerro Falkner est le plus impressionnant. La randonnée pour y monter n’est pas de tout repos, c’est un sentier avec 1080 mètres de dénivelé positif, mais la vue à 360° une fois en haut vaut largement la difficulté.

faire des randonnées à Bariloche
Les lacs de la région de Bariloche

Racontez-nous votre découverte du Fitz Roy.

Pour se différencier des autres voyageurs, nous avons choisi de ne pas faire un aller-retour depuis le village d’El Chalten. Nous avons pris une navette qui nous a conduite à une dizaine de kilomètres au nord. Cela nous a permis de ne pas suivre deux fois le même sentier et de pouvoir observer en plus le glacier Piedras Blancas.

Le dernier kilomètre vers la Laguna de Los Tres est très difficile mais une fois en haut on oublie tout et on admire la beauté du Fitz Roy. On se sent très petit…

Racontez-nous votre mission de volontariat à El Bolson.

À El Bolson, nous avons aidé un couple avec les finitions de leur maison écologique. C’était très intéressant. Nous avons pu voir comment ils ajustaient les murs avec de la boue (un mélange de sable, paille et argile) pour la sous couche puis avec une couche de “fino” (argile tamisée avec du sable doublement tamisé) pour affiner avant de terminer par la peinture. Nous pourrions vous en décrire beaucoup plus mais ce serait trop long.

L’expérience était très intéressante car nous vivions avec eux pendant ces quelques semaines. Nous travaillions ensemble, nous cuisinions ensemble et mangions ensemble la plupart du temps. Nous étions vraiment intégrées à leur vie quotidienne ce qui a été une très bonne expérience d’immersion et une expérience enrichissante.

volontariat en Patagonie
Enora au tamis

Citez 3 choses insolites que font les Argentins au quotidien.

  1. Boire le maté. Un Argentin ne sort pas sans son maté. Pour aller au parc, à la plage, en randonnée, le maté est toujours de la partie.
  2. Ils laissent souvent une lumière ou la télévision allumée lorsqu’ils sortent de chez eux. Le but est d’éviter les cambriolages en simulant une présence dans l’habitation.
  3. Les asados tous les dimanches, et particulièrement depuis qu’on voyage au nord du pays. Il s’agit d’un barbecue avec beaucoup de viandes. Bon, c’est davantage une coutume hebdomadaire que quotidienne.

Côté gastronomie, qu’est-ce qui vous a le plus plu jusqu’à présent ?

Ce que nous avons remarqué, c’est que l’Argentine a de très bons plats, mais qu’il est difficile de parler de gastronomie comme on en parlerait en France. Ce que nous préférons ? Les empanadas aux légumes, au fromage et oignons, au poulet, etc. Et les milanaises végétariennes (aux légumes ou au soja).

Où manger des empanadas à Buenos Aires ?
Les empanadas de Buenos Aires

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Vous pouvez nous souhaiter bonne continuation pour le voyage et avec notre blog Les Géonautrices. Nous allons continuer à remonter vers le nord de l’Argentine pendant encore quelques mois en espérant passer par le nord du Chili, puis la Bolivie et enfin le Pérou. Et bien sûr, nous continuerons à travailler sur notre blog pour partager nos expériences !

Retrouvez les aventures d’Enora et Candie sur le blog Les Géonautrices

Argentine

Un aperçu de la bière en Argentine

Quand on pense à la boisson typique de l’Argentine, on pense souvent au maté, cette infusion faite à base de feuilles de yerba mate, qui se boit à toute heure de la journée, seul ou accompagné. On pense aussi au vin. Produit dans les vignes des environs de Mendoza, de San Juan et de Salta, des vins souvent charpentés (env. 14 degrés) et qui font la fierté de l’Argentine. Et des grands crus s’exportent même jusqu’à nos tables européennes.

Or, comme partout en Amérique latine, c’est bien la bière qui est la boisson la plus consommée (avec l’eau et le coca-cola). La bière, c’est la boisson idéale pour se rafraîchir lors des chaudes après-midi et en soirée. À boire avec modération bien évidemment !

Contrairement à la France et à la Belgique où on commande le plus souvent sa bière à la pression (tout droit sortie du fût, en 25 ou en 50 cl), les Sud-Américains commandent leur bière en bouteille. C’est bien souvent la seule option. Néanmoins, de plus en plus de bars branchés de Buenos Aires proposent des bières à la pression. De même que les bières artisanales sont de plus en plus populaires…comme en Europe. Alors, oui, l’Argentine est un pays de bière ! On vous propose d’ailleurs une sélection de bières à déguster en Argentine.

Quilmes, la valeur sûre

C’est la bière la plus populaire d’Argentine ! Pour la petite histoire, la première brasserie fut ouverte en 1888 par un immigré allemand dans la ville de Quilmes (ça ne s’invente pas), en proche banlieue de Buenos Aires. La bière originale, appelée « Cristal » s’habille des couleurs bleues claires et blanches qui rappellent forcément celles du drapeau argentin. Côté goût, on est sur de la blonde légère (4.8 degrés) et rafraîchissante. C’est une bière incontournable en Argentine. Vous ne pouvez donc pas passer à côté. Quilmes me suive !

Mon conseil : privilégiez la Quilmes 1890, plus complexe en goût et d’une plus grande richesse aromatique avec une combinaison spéciale de variétés de malt (5.4 degrés).

Les bières artisanales

Antares

La première brasserie a été inaugurée en 1998 à Mar del Plata. Il y a des bières classiques, de tradition allemande, et d’autres plus originales :

  • La Porter, une bière brune aux arômes sucre, chocolat et café (5.5°)
  • La Cream Stout, une « Guinness » argentine (7°)
  • La Indian Pale Ale…qui est une IPA avec une belle amertume (6.5°)
  • Honey Beer, une bière au miel (7.5°)
  • La Barley Wine, une bière très forte (10°) aux arômes noix-caramel-dulce de leche.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Antares-bottles-1024x818.jpg.

Patagonia

La brasserie est située à San Carlos de Bariloche. Si vous êtes de passage à El Chalten pour randonner autour du Fitz Roy, choisissez la bière artisanale du coin : Supay.

Où boire de la bière artisanale à Buenos Aires ? Dans les bars Antares situés dans les quartiers de San Telmo, de Palermo et de Caballito. Mais également au Temple Bar (Palermo) et dans un des bars On Tap. N’hésitez pas à découvrir d’autres adresses sur le site de Buenos Aires Connect.

Les bières de régions

Nos régions ont du talent ! C’est à peu près le message porté par le distributeur CCU Argentina qui commercialise des bières aux noms évocatrices : Palermo, Salta, Santa Fe, Cordoba.

La Palermo, c’est l’une des bières que les voyageurs en permis vacances travail auront le plus de chance de déguster puisqu’elle est originaire de Palermo, un quartier porteno très fréquenté par les nouveaux expatriés. Elle joue parfaitement son rôle de petite mousse rafraîchissante, idéale pour les soirées.

Et aussi…

Brahma, la petite brésilienne. Née en 1888 au même moment que la Quilmes, c’est la seconde bière la plus consommée au Brésil (derrière la mythique Skol). On est sur de la petite blonde légère (4.8 degrés). Avec ses origines cariocas, il est plus probable de la trouver à Puerto Iguazu plutôt qu’à Rio Gallegos !

Il y a aussi Iguana, la bière du reptileC’est une bière de type pils, délicate et douce (5 degrés). Soyons honnête, son goût ne laisse pas un souvenir impérissable. Pas dingue non plus, la cerveza Scheneider, de tradition allemande.

À essayer si vous avez envie de tout découvrir, les bières de la gamme Imperial.

Argentine

Un PVT Argentine pour faire du volontariat…à Valparaiso

A respectivement 29 et 30 ans, Julie et Romain ont décidé de s’offrir un bon bol d’air frais en Amérique latine. Le couple a opté pour un visa vacances travail en Argentine. Auparavant, Julie était chargée de communication dans une association culturelle marseillaise. Romain, lui, travaillait comme géomaticien. Ils nous racontent leurs découvertes sur le continent latino-américain et leur volontariat au Chili et en Argentine.

un pvt argentine et faire du volontariat au Chili

Pourquoi avez-vous décidé de partir en PVT Argentine ?

En approchant tous les deux de la trentaine, on a eu envie d’aller voir ailleurs pour prendre un peu de recul… Et de faire un grand voyage plein d’aventures !

L’Amérique du Sud nous attirait pour sa culture, son histoire, sa langue, son dynamisme. On n’en connaissait pas grand chose, l’actualité d’Amérique Latine a du mal à traverser l’océan, seulement des idées piochées dans les livres, la radio, les films.

volontariat à Rosario
Une petite bière Quilmes dans les environs de Rosario

D’abord il y a Luis Sepúlveda et ses descriptions de la Patagonie qui faisaient rêver Romain. Il y a aussi le rêve de la Terre de Feu et l’idée de pouvoir aller au bout du bout du monde, à la dernière terre avant l’Antarctique. Il y avait aussi le rêve de voir Valparaiso – tout le monde dit que c’est la jumelle de Marseille mais sur le Pacifique.

En ce qui concerne l’Argentine, on en connaissait seulement quelques clichés : le tango, Diego Maradona, la Patagonie, le maté, le dulce de leche et le dicton selon lequel “les Argentins sont des Italiens qui parlent en espagnol et se prennent pour des français”. Au moment où on hésitait entre le Chili et l’Argentine, on s’est rappelés d’un film qu’on avait vu au cinéma des années plus tôt, Medianeras, qui se passe à Buenos Aires. Il montre bien l’architecture délirante de cette ville…

Ce sont des petites choses comme ça qui nous ont décidé, même si pour être honnête on ne savait pas trop à quoi s’attendre… Avant de partir, tout le monde nous demandait : et alors, vous allez faire quoi là-bas ? On avait un peu honte de dire qu’on n’en avait pas la moindre idée…

L’essentiel pour nous, c’était de partir et ça nous paraissait déjà pas mal !

Dès votre arrivé, vous avez quitté Buenos Aires pour partir en road-trip. Pourquoi ce choix ?

L’arrivée était violente. 13 heures de vol, quarante degrés, une langue inconnue. On s’était dit qu’on voulait trouver un volontariat hors de la ville et on a été servis puisqu’on en a trouvé un sur une île près de Rosario, puis un autre à Uspallata dans la province de Mendoza. On avait laissé des affaires à une amie à Buenos Aires en lui disant qu’on revenait dans deux mois mais on y est revenu six mois plus tard.

volontariat en Argentine à Uspallata
Travail agricole à Uspallata

Racontez-nous votre aventure dans la région de Neuquen, près des Andes.

Nous avons trouvé un volontariat à Ñorquinco, un village perdu d’une vingtaine de maisons étalées sur cinq ou six kilomètres. L’épicerie du coin vend des fers à cheval. On travaillait dans un éco camping sauvage et rustique, proche d’un lac. Les emplacement sont comme des petits îlots au milieu des arbres. Il n’y a pas ou peu de lumières la nuit et il y a un tri drastique des déchets.

Là-bas on a vraiment expérimenté la vie à la campagne avec des travaux physiques (ex : arrachage des bambous). On a vraiment pris le temps…de déjeuner, de cuisiner, de faire son pain, d’observer.

éco camping a Norquinco en Argentine
Le lac de Norquinco

Finalement, vous vous êtes posé longtemps à Valparaiso au Chili. Pourquoi ce choix ?

Avant de partir, nous avions déjà hésité entre le PVT Argentine et le PVT Chili. D’un côté on souhaitait vivre à Buenos Aires…et de l’autre on voulait vivre à Valparaiso. Quand on est arrivé, on souhaitait rester deux semaines sur place, mais on a finalement trouvé un volontariat à Valparaiso par l’intermédiaire de Pierre, un Français qu’on avait rencontré plus tôt dans le voyage. On a donc saisi l’occasion. Nous étions réceptionnistes au Nomada Eco Hostel.

La ville de Valparaiso est à la hauteur des rêves que nous en avions : des collines aux mille couleurs, des vues incroyables sur le Pacifique, des graffitis. C’est le joyau du Pacifique.

Que faut-il visiter à Valparaiso ?

Valparaiso est une ville où il faut errer et se promener. À chaque fois, on tombe sur des vues incroyables, des petites ruelles envahies de lierre, des maisons de toutes les couleurs. La ville est divisée en collines. Comme c’est un labyrinthe, il faut se munir d’une carte. Les Cerros Alegere, Concepcion et Bellavista sont les plus touristiques. Le Cerro Artilleria offre une vue sur le port de marchandises et les immenses grues. Notre coup de coeur, ça a été le Cerro Polanco où les murs sont envahis de fresques. Le quartier de Playa ancha, est lui aussi assez fou pour ses énormes demeures pleines de couleur. On se croirait dans un film américain.

Sur la partie basse de la ville, le Plan, il faut longer l’océan. Notre balade préférée : rejoignez le muelle Baron, marchez jusqu’à la Caleta portales. Vous y verrez des lions de mer, des pélicans et des mouettes qui attendent d’être nourris par les poissonniers du marché.

Allez voir le port de plaisance durant votre sejour à Valparaiso
Le port de Valparaiso

Au niveau culture, vous pouvez visiter gratuitement le musée d’histoire naturelle si comme nous vous rêvez de voir un condor empaillé. Il faut surtout aller au cinéma Teatro Condell. Situé sur la Plaza Victoria, il propose des séances à 1000 pesos (soit moins d’1€50). Ils y passent aussi bien des classiques que des grosses productions américaines et des raretés latino-américaines. La caverne d’Ali Baba pour les cinéphiles. Attention, les conditions sont rustiques. En hiver, tout le monde amène sa petite couverture, ce qui rend le cinéma encore plus chouette.

En dehors de la ville, on a adoré Concon, là où s’érigent en bord de mer des immenses dunes de sable au pied des buildings. Pour nous, ça reste plutôt l’endroit où on a fêté le départ de notre chef Marco, qui partait en voyage : en plein après-midi, au soleil, on a mangé du poulet et des frites achetés au supermarché du coin, en admirant le Pacifique et en rigolant comme des enfants… Un super souvenir !

Les dunes de Concon au Chili
Les dunes de Concon

Avez-vous des bonnes adresses à nous conseiller sur Valparaiso ?

Côté cafés et terrasses, on conseille le Pierre Loti, le Casa Plan et pour la plus belle vue, l’hôtel Brighton. Pour manger, on aime les lieux où il y a plein de monde et plein de bruit. On a donc adoré le comedor au premier étage du marché. C’est rempli de restaurants abordables et c’est vraiment chouette le dimanche. Dans la catégorie plus chic, on a testé le Peral. La nourriture est délicieuse, la terrasse idyllique et elle résiste même au tremblement de terre. On l’a vécu !

Le Brighton, un hotel restaurant a Valparaiso
le Brighton

Quelles sont les curiosités à découvrir dans le nord du Chili et en Bolivie ?

Si on a été un peu refroidi par la côte très très touristique de la Bolivie et par San Pedro de Atacama, on y a tout de même vu les paysages les plus dingues de notre vie. Des volcans, des déserts de sel, des canyons.

De tout notre voyage, ce que nous avons préféré c’est San Pedro de Atacama, pas du tout pour la ville qui est trop touristique, mais pour les alentours. Le climat du désert est impressionnant. Il y fait une chaleur qui écrase tout, même les sons, et en hiver, un vent glacé vous fouette le visage.

Notre second coup de cœur, probablement notre plus belle étape, c’est le parc national de Sajama en Bolivie. On y voit des lamas, des autruches, des vigognes, des geysers. C’est une galère pour y arriver mais ça vaut le coup. Les conditions de transport et de logement sont un peu rustiques, surtout en hiver. A  4 300 mètres d’altitude, la moindre difficulté peut se décupler. On est loin de Robinson Crusoé, ça reste accessible. Il faut juste être en forme physiquement.

Vous êtes désormais revenus à Buenos Aires. Est-ce que vous avez trouvé un travail ?

Pour l’instant non, on se repose. Comme on a fait énormément de volontariats, nous avons moins dépensé que ce que nous avions prévu.  On profite donc de la ville en faisant attention à ce que l’on dépense tout en l’explorant petit à petit, on profite du climat agréable, on va au cinéma, au musée, on a même été au championnat de l’asado. On prend soin de nous et on fait notre pain, on teste des recettes. C’est des vacances productives.

Ces cinq mois sont l’occasion d’explorer de nouvelles pistes professionnelles, pourquoi pas dans l’écriture, la vidéo et la traduction. On espère donner quelques cours de français à droite à gauche pour gagner de l’argent.

La Poesia dans le quartier San Telmo a Buenos Aires
La Poesia à San Telmo

Quels sont vos quartiers préférés à Buenos Aires ?

Nous avons trouvé un appartement à San Telmo, un peu par hasard, et on adore. Comme c’est un petit quartier, on est vite repéré. C’est un vrai bonheur après six mois de vagabondages de devenir familier avec les petits commerçants, notamment avec le vendeur de légumes.

Buenos Aires regorge de quartiers très différents les uns des autres. San Telmo ressemble à un petit Paris. L’Avenida Corrientes à Broadway. À Palermo, il y a des restaurants chics. À Puerto Madero, les buildings. Enfin à Belgrano, il y a le Chinatown local et un parc où les Argentins viennent danser le tango. Ça ressemble donc à Paris, à New York, à Marseille, à Barcelone, à Santiago…

Culturellement, c’est le paradis. Il y a tout le temps des expositions, des concerts, de cours de danse gratuits, etc. On espère prochainement découvrir la vie nocturne portena.

Retrouvez les aventures de Julie et de Romain sur leur blog Le Bon Air Argentin. Ils sont aussi sur Facebook et Instagram.

Argentine

Vidéo : Mas Local vous présente la cuisine argentine

Que faut-il manger en Argentine ? Pour nous répondre, nos deux reporters de chocs : Etienne et Yohann de Mas Local. Grâce à leur visa vacances travail, les deux potes ont pu sillonner l’Argentine tout en travaillant en chemin. Ils ont notamment été serveurs dans un restaurant de Salta, une ville du nord qu’on surnomme la linda (la belle). Ils ont ainsi pu découvrir la gastronomie argentine.

Buen provecho chicos !

Dans cette vidéo, ils participent au traditionnel asado, le barbecue argentin. Ils nous apprennent à réaliser des empanadas, ces petits chaussons fourrés à la viande, au poulet ou aux légumes. Enfin, ils testent le Fernet-Coca, la boisson des fins de soirées en boîte de nuit.

Après avoir pas mal baroudé en Argentine, Etienne et Yohann ont décidé de traverser des frontières. Ils ont fait une excursion dans les déserts de sel boliviens, notamment à Uyuni, puis ont visité le Sud Lipez au Chili. Ils sont désormais du côté de San Pedro de Atacama. On attend leur prochaine vidéo avec beaucoup d’impatience. Pour patienter, n’hésitez pas à suivre leurs péripéties sur Facebook.

Argentine

Etienne et Yohann ont rencontré des producteurs de maté équitable

Mas Local à la rencontre des producteurs de maté bio

Le maté a de plus en plus la cote en France. Popularisé notamment par le joueur de football Antoine Griezmann (un grand fan !), cette boisson originaire d’Argentine, d’Uruguay et du Paraguay intrigue. Nos deux reporters de chocs, Etienne et Yohann, sont partis à la rencontre de producteurs de yerba maté bio, produite de manière responsable et solidaire.

Ils se sont rendus dans le village de Comandante Andresito dans la province de Misiones, non loin des chutes d’Iguazu et des frontières avec le Brésil et le Paraguay. Le climat est à la fois chaud et humide, ce qui favorise les plantations de yerba maté. Le duo a eu la chance unique de découvrir le processus de fabrication du maté équitable Guayaki, commercialisé en grande quantité en Amérique du Nord.

On vous laisse découvrir leur vidéo :

Etienne et Yohann disposent du visa vacances travail en Argentine. Retrouvez leurs aventures sur YouTube et Facebook. Ils se trouvent désormais dans la région de Salta, dans l’ouest argentin.

Argentine

Dans quel quartier faut-il habiter à Buenos Aires ?

Vous vous installez à Buenos Aires avec un permis vacances travail ? Quelle bonne idée ! Vous allez devoir choisir le meilleur quartier pour vivre à Buenos Aires. À ce petit jeu là, chaque barrio a son argument à faire valoir. Voici donc un petit tour d’horizon des endroits chouettes de BSAS !!

Ou habiter a Buenos Aires ?

Où habiter à Buenos Aires ?

Dans les quartiers excentrés


Vous êtes jeunes, branchés, voire bobo, cap sur Palermo. C’est à n’en pas douter le quartier où il fait bon vivre.
On y retrouve des restaurants à la mode (La Cabrera, Don Julio, etc.), des bars qui ne désemplissent pas (Antares, Unico, The Temple Bar, etc.), des petites places pour se détendre et chiner (Plaza Armenia, Plazoleta Julio Cortazar).
À proximité se trouvent le MALBA (musée d’art latino-américain), le jardin botanique et le majestueux Bosques de Palermo. Privilégiez Palermo Viejo à Palermo Hollywood. C’est plus calme. Attention tout de même, le prix des loyers est excessif.

dans quel quartier vivre à buenos aires

Si vous cherchez plus d’authenticité, tentez votre chance du côté de Colegiales. Si vous avez un budget confortable et que vous recherchez un quartier familial, osez Belgrano. Amateurs de tango, de sorties théâtres et spectacles au Konex, privilégiez Almagro.

Plus excentré, Caballito est clairement la bonne idée si vous disposez d’un budget réduit. C’est un quartier pavillonnaire, paisible, sécurisé, où l’on retrouve de charmantes maisons et de petits immeubles bien entretenus. Il y a peu de touristes, ce qui vous permet de vivre en immersion avec les portenos. Au nord, le grand parc Centenario est l’endroit tout indiqué pour faire un footing. Sur l’Avenida Rivadavia, qui traverse le quartier, on retrouve les centres commerciaux, cafés et autres restaurants. C’est aussi là que vous trouverez les stations de métro de la ligne A (Rio de Janeiro, Acoyte) qui vous emmène dans le Microcentro !

Entre Palermo et Caballito se trouve le joli quartier de Villa Crespo, un bon compromis pour rester au calme tout en étant à proximité des endroits cool pour faire la fête. Qui plus est, la ligne B du métro ne passe pas loin !

Dans le Centro et aux alentours


Si vous souhaitez vivre une expérience authentique, typiquement porteno, allez vivre à San Telmo, un quartier populaire. Outre les petits troquets à même les rues piétonnes (la brasserie Pétanque !), on y trouve l’un des marchés couverts les plus agréables de la ville. Tous les dimanches sur la Calle Defensa, il y a la feria, un marché à ciel ouvert où on peut chiner, déguster des empanadas et des chorripan sur le pouce.

facade d'un immeuble a buenos aires

Au nord du Microcentro et au sud-est de Palermo, Recoleta plaira à ceux qui ont un budget conséquent. C’est un quartier aisé et agréable où on retrouve une multitude d’activités culturelles : Musée des Beaux-Arts, centre culturel, cimetière de Recoleta, Floralis Genérica, etc.

On vous déconseille La Boca (dangereux en soirée) et Puerto Madero, le nouveau quartier sur le rio de la plata, pas très attractif. Et vous, où avez-vous décidé d’habiter ?

Comment trouver un logement à Buenos Aires ?

Ne réservez pas un logement sans l’avoir visité au préalable (logique). Si c’est une chambre en colocation, faites en sorte de rencontrer les autres colocataires auparavant.

N’ayez pas peur de demander ce que le tarif comprend, s’il y a un supplément pour les parties communes, pour le wifi, le ménage, etc.

Renseignez-vous aussi concernant la caution à laisser et le moyen de paiement (règlement à la semaine, au mois, en liquide, par virement bancaire, en euros, en dollars ou en pesos argentins…).

Il faut savoir que les propriétaires n’hésitent pas à débarquer à l’improviste. Ça ne se fait pas en France mais en Argentine, c’est monnaie courante.

Argentine

Cécilia et Tim nous racontent la cuisine argentine (2/2)

Hier, Cécilia et Timothée nous parlaient de leurs différents volontariats effectués en Argentine. Aujourd’hui, ils nous racontent leurs découvertes touristiques et nous parlent de la gastronomie argentine.

Quels sont les paysages qui vous ont le plus marqué en Argentine ?

Nous avons commencé très fort notre voyage avec les chutes d’Iguaçu. C’est un des paysages dont on se souviendra très longtemps. Ces immenses chutes d’eau en pleine jungle sont à la fois hallucinantes et hypnotisantes.

Visiter Iguaçu
Les chutes d’Iguaçu ©Faim de Voyages

La Quebrada de Humahuaca et ses montagnes colorées sont aussi un de nos coups de cœur. Profiter de chaque rayon du soleil de la journée pour y admirer les formes et les couleurs de ces montagnes était une expérience inoubliable. Admirer le glacier du Perito Moreno nous a donné des frissons. Nous avions vu d’autres glaciers auparavant, mais celui-ci, avec ces nuances de bleu et l’atmosphère qui y règne… à couper le souffle !

La rencontre avec nos premiers manchots à Punta Tombo est devenue un souvenir mémorable. Ils sont tellement attendrissants ! C’est difficile de choisir… Nous avons encore en tête les superbes randonnées autour de Ushuaia, le trekking sur le chemin de l’Inca, le spectaculaire Fitz Roy, les célèbres mains de la Cueva de las Manos, la rencontre avec les yacares (caïmans) de l’Estero del Ibera, les magnifiques panoramas qu’offre la région autour de Bariloche et El Bolson, les paysages sublimes sur la route de Antofagasta de la Sierra… L’Argentine n’a pas cessé de nous émerveiller.

Que faire à Humahuaca
La Quebrada de Humahuaca vue depuis le village de Humahuaca ©Faim de Voyages

Vous avez appris à faire des empanadas. À quoi sont-ils les meilleurs selon vous ?

L’empanada classique reste pour nous la meilleure, c’est l’empanada à la viande. Il en existe plusieurs sortes avec des coupes de viande (hachés ou émincés), des cuissons, des pâtes, des assaisonnements et des accompagnements différents. Nous, nous l’aimons feuilleté, un peu épicé, la viande émincée, si possible avec des oignons nouveaux et cuits au four. C’est un délice ! Les meilleurs que nous avons goûtés, on s’en souvient comme si c’était hier. C’était dans le village de Purmamarca, dans le Nord Ouest argentin, lorsque nous visitions la Quebrada de Humahuaca.

Tim a ensuite une petite préférence pour ceux au poulet et Cécilia pour une version un peu originale, au quinoa.

 Côté nourriture, quelles ont été vos autres découvertes intéressantes ?

Nous avons particulièrement adoré les spécialités du Nord argentin. La nourriture est assaisonnée et contrairement au reste du pays, parfois un peu épicée, nous sommes attirés par ce type de saveurs. Les humitas, par exemple, sont réalisées à partir de maïs moulu, de viande et de condiments, le tout enroulé autour d’une feuille de maïs. C’est un délice ! L’asado argentin (barbecue version argentin) va certainement nous manquer lorsque nous allons quitter le pays. La tendreté de la viande est un régal et nous adorons cette ambiance qui se crée autour du feu. Nous sommes devenus accrocs au dulce de leche fait maison. Il s’agit d’un lait sucré cuit qui ressemble vaguement aux saveurs d’un caramel de chez nous. Lorsque nous réalisons des spécialités françaises chez nos hôtes, nous n’hésitons pas à marier les crêpes avec cette pâte à tartiner. Succès assuré !

Après une journée de volontariat, vous êtes plutôt maté ou petite Quilmes ?

Difficile de répondre à cette question…. Nous dirions que ça varie en fonction du temps. Si le temps est plutôt maussade, nous en profitons pour boire un maté. Cela est devenu un petit rituel de nous préparer dans la journée cette boisson, que l’on soit seulement tous les deux, ou avec des Argentins. Par contre, cela reste pour nous difficile de boire un maté bien chaud lorsque les températures avoisinent les 30°. On opte alors volontiers pour une Quilmes (bière blonde légère). Néanmoins, maté ou non, nous sommes toujours partant pour une Quilmes.

Le maté en argentine

Quels sont vos futurs projets pendant votre PVT ?

Dans quelques jours, cela fera neuf mois que nous sommes partis. Nous avons découvert les trésors de l’Argentine que nous désirions absolument voir. Il est temps pour nous de découvrir le Chili. D’ailleurs, à ce jour, nous nous situons dans une estancia en Patagonie chilienne non loin du célèbre parc Torres del Paine. Nous avons hâte de découvrir ce que nous réserve la suite. L’idée étant de remonter par le Chili, en alternant toujours avec des périodes de volontariat et de voyage. On aimerait découvrir la Carretera Austral, la célèbre île de Chiloé, le volcan Villa Rica et les innombrables sites de la zone centrale.

Nous sommes curieux d’en savoir plus sur le Chili et de rencontrer plus de Chiliens. Nous devrions arriver fin mai à la capitale Santiago de Chile. On souhaite réaliser un autre rêve. Un vol nous attend vers une île mystique du Chili… on vous laisse deviner. Ensuite ? On verra où le destin nous mène, mais quoi qu’il en soit nous en parlerons sur notre blog.

bière argentine
Les bières artisanales de Patagonie ©Faim de Voyages

Faim de voyages

Suivez les aventures de Cécilia et de Tim sur leur blog Faim de Voyages. Suivez-les sur les différents réseaux sociaux :

Cécilia et Tim nous décrivent leurs volontariats en Argentine (1/2)

Argentine

Cécilia et Tim nous décrivent leurs volontariats en Argentine (1/2)

À respectivement 25 et 28 ans, Cécilia et Timothée réalisent leur rêve de gosse : voyager sur du long-terme. Il y a environ neuf mois, ils quittaient leurs CDI, la vie parisienne et obtenaient le permis vacances travail en Argentine. Désormais sur la route, ils avancent au gré des envies, découvrent des paysages somptueux tout en faisant de belles rencontres. Dans ce premier entretien, ils nous parlent de volontariat en Argentine.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le programme vacances travail ?

Tout d’abord, le PVT semblait être une bonne solution pour cadrer notre voyage. Ensuite, nous y voyons un réel avantage de ne pas avoir à traverser les frontières tous les 3 mois, surtout lorsqu’on souhaite découvrir un pays aussi grand. Enfin, l’idée d’avoir la possibilité de travailler nous plaisait. Cela nous permettrait, pourquoi pas, de mettre un peu d’argent de côté pour la suite du voyage. Pour l’instant, on n’a pas profité du côté « travail » du PVT, mais il nous reste encore quelques mois, alors qui sait ?

Pourquoi avez-vous fait le choix de l’Argentine ?

On voulait tous les deux découvrir l’Amérique du Sud avant que l’on se rencontre et il fallait bien commencer quelque part. On a alors regardé les différents pays qui offraient la possibilité du PVT. L’Argentine étant un pays immense. On a pensé que ce serait sûrement une bonne idée d’y rester un bon moment. On a ensuite tapé « Argentine paysages » sur un moteur de recherche et le déclic s’est fait immédiatement.

Vous êtes restés très peu de temps à Buenos Aires. Pourquoi ?

On ne voulait pas quitter Paris pour rejoindre une capitale, à nos yeux, gigantesque. De ce fait, nous avons préféré ne pas nous attarder à Buenos Aires. Nous sommes restés une petite semaine et nous avons eu un rapide aperçu de plusieurs sites touristiques de la ville.

Ce qui nous a le plus frappés au premier coup d’œil, c’est que l’on ne se sentait pas vraiment dans un pays d’Amérique du Sud. L’architecture de certains quartiers de la ville nous ont rappelé Paris.

jardin botanique a Buenos Aires
Le Jardin botanique de Buenos Aires ©Faim de Voyages

Ce qui nous a le plus plu, l’amabilité des habitants, les dizaines de chiens se promenant avec leurs pet-sitters, ou encore l’odeur de l’asado (barbecue argentin) en se baladant le dimanche.

Ce qui nous a le moins plu, c’est la conduite très dangereuse des Porteños, esquiver les crottes de chien (ah ah), et visiter le quartier de la Boca. Bref, on y retrouve les inconvénients de la plupart des grandes villes.

Néanmoins, Buenos Aires reste un moment fort de notre voyage où nous y avons fait plein de découvertes. Nous avons partagé notre premier maté, goûté aux fameuses empanadas, mis à l’épreuve nos faibles notions en espagnol, Cécilia a pu tester une dizaine de facturas (viennoiseries argentines) différentes…

bar a buenos aires
L’un des bars les plus iconiques de Palermo Viejo ©Faim de Voyages

Comment voyagez-vous en règle générale ?

Nous n’envisagions pas de voyager sans essayer de nous intégrer et d’en savoir plus sur les pays que nous visitions. Le volontariat offre cette possibilité et pour l’instant, c’est une réussite. Nous adorons cette période d’échanges, nous sommes à chaque fois excités à l’idée de connaître de nouvelles personnes, de partager des moments ensemble et d’en apprendre un peu plus sur leurs univers respectifs. Bref, on découvre, on profite et on prend goût à la liberté.

Racontez-nous vos différentes expériences de volontariat en Argentine…

Nous avons réalisé quatre volontariats en Argentine. Chacun d’entre eux était dans un environnement bien distinct.

Le premier dans une réserve naturelle de la jungle, dans la province de Misiones à 100km des chutes d’Iguaçu. L’objectif était la reforestation des plantes natives et la maintenance globale de la réserve. Cette expérience nous a permis de nous confronter au système du volontariat et nous a confortés dans le choix d’alterner voyage et volontariat. Nous avons adoré ça !

 volontariat dans la réserve Yvytu
Volontariat dans la réserve Yvytu ©Faim de Voyages

Le volontariat nous laisse le temps de profiter d’incroyables paysages, cela a été également le cas dans la Quebrada de Humahuaca. Il s’agissait d’un volontariat où nous avons consacré une grande partie de notre temps au problème majeur de la saison hivernale : la sécheresse. Nous aidions à préparer les canaux pour le passage de l’eau jusqu’au cœur du village.

Visiter la Quebrada de Humahuaca
La Quebrada de Humahuaca ©Faim de Voyages

Le volontariat, c’est aussi le moment pour nous d’apercevoir le quotidien et les problématiques d’une région. Cela s’applique à travers les tâches que nous réalisons, mais aussi lors de nos discussions avec nos hôtes. Enfin, avant notre départ, nous étions envieux de connaître et d’en apprendre plus au sujet de différents modes d’agricultures sains. Nous y sommes arrivés grâce à deux volontariats. L’un étant axé permaculture et l’autre viniculture biologique. Nous essayons de varier nos expériences de volontariat. Le but étant aussi pour nous, d’acquérir si possible de nouveaux savoir-faire et de nouvelles connaissances.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué ?

Au-delà des activités que nous réalisons, le facteur « humain » reste un élément décisif de notre expérience. C’est grâce à cet élément que nous pouvons dire qu’il s’agissait d’un volontariat au TOP ! À Juella, nous sommes partis le cœur serré en quittant Osvaldo, un type drôle et très attachant. On dit au revoir à Luis à Mendoza, et son incroyable humour avec une accolade et la larme à l’œil. La rencontre de deux volontaires chiliens à Cordoba a créé une belle amitié. Ils nous ont fait partager leur passion pour les oiseaux et nous restons en contact. Les échanges, la bonne humeur, la convivialité, le partage, et se sentir intégré au sein d’une famille sont des souvenirs inoubliables de notre voyage.

Volontariat à Cordoba et à Mendoza
Avec les amis chiliens ©Faim de Voyages

Vous avez même travaillé au Paraguay, une destination boudée par les touristes. Avez-vous apprécié ?

À vrai dire, nous y avons passé deux semaines et seulement dans le cadre d’un volontariat. Nous nous trouvions dans une région avec très peu de relief, des terres cultivées (sojas et betteraves pour nourrir le bétail entre autres) et peu de végétation. Il s’agissait d’une zone pas forcément très attirante en termes de paysages.

Par contre, lorsque nous nous sommes approchés de la frontière au niveau de la ville de Pilar, nous avons découvert toute autre chose. On trouve des zones marécageuses avec des palmiers un peu partout et on s’est dit que ça aurait pu être sympa de visiter le coin. Cela ressemblait aux paysages que l’on retrouve dans la zone de Corrientes côté Argentin. On retrouve également des Misiones (ensemble d’espaces de vie développés par les jésuites) les mieux conservées d’Amérique du Sud.

C’est d’ailleurs davantage l’aspect culturel que nous avons le plus apprécié dans ce pays. La langue guarani, ses traditions, et ses légendes sont encore ancrées dans une bonne partie de la population. Nous avons d’ailleurs eu l’opportunité d’assister à la lecture du deuxième livre écrit en guarani par son auteur (avec traduction évidemment).


Faim de voyages

Suivez les aventures de Cécilia et de Tim sur leur blog Faim de Voyages. Et sur les différents réseaux sociaux :

Cécilia et Tim nous racontent la cuisine argentine (2/2)