Une escapade entre Tokyo et l’île d’Okinawa

0

Visiter Okinawa et l'ile Zamami

Quand on pense au Japon, on imagine forcément Tokyo, niché sur le large archipel d’Honshu. On en oublierait presque qu’il y a de minuscules îles nippones éparpillées dans l’Océan Pacifique et en mer du Japon.

Lucile, Bretonne de 26 ans, a déjà pas mal baroudé dans le pays. Récemment, elle est partie visiter Okinawa, à quelques 2 000 kilomètres de la capitale à vol de piaf. Rencontre avec la jeune femme !

Qu’est-ce qui t’as poussé à voyager au bout du monde ?

J’ai toujours rêvé de faire le tour du monde mais je n’avais pas le budget nécessaire. J’attendais que la cagnotte grimpe petit à petit, mais c’était beaucoup trop long. Alors, en février 2014, j’ai quitté mon CDI, mon appartement. J’ai tout vendu, acheté un sac à dos et je suis partie faire des Working Holiday. Une première année en Nouvelle-Zélande, puis la seconde (actuellement) en Australie. À chaque fois, j’alterne entre travail dans les fermes et road trips en van. C’est pendant cette année chez les kangourous que j’ai découvert le Japon.

Une virée au Japon, entre Tokyo et l'archipel d'Okinawa

Pourquoi le Japon ?

Je suis partie seule au Japon pour un challenge personnel. Je voulais savoir comment je pouvais réagir seule dans un pays où je ne connaissais personne, dont je ne parlais pas la langue, où la culture était totalement différente. Je voulais tout simplement me découvrir dans cette situation. J’ai aussi choisi ce pays car je savais qu’il était très sûr !

Comment as-tu défini l’itinéraire de voyage ?

J’ai défini mon itinéraire par rapport à mes envies. 3 semaines, c’est peu pour découvrir entièrement un pays. J’ai donc choisi les endroits immanquables à savoir Tokyo, Kyoto, l’île sacrée Miyajima, Osaka, l’île Okinawa et Zamami pour le côté relaxant et paradisiaque.

J’ai respecté ce programme à la lettre, mis à part un moment où ils ont annoncé un typhon à Zamami. J’ai dû rentrer plus tôt sur l’île d’Okinawa pour être sûr d’avoir un bateau. Je pense que le Japon est un pays où l’on voyage différemment par rapport aux pays de l’Asie du Sud-Est. Il demande davantage d’organisation, surtout si on a un budget serré. À ce que j’ai entendu, il serait mal poli d’arriver dans un hôtel sans réservation.

Tokyo, Osaka et Kyoto sont des villes incontournables du Japon

Comment te déplaçais-tu généralement ? Où as-tu logé ?

Je me suis déplacée en métro et en train (avec le Japan Rail Pass) dans toutes les villes sauf à Kyoto où je me suis déplacée à vélo et en bus.
J’ai logé la plupart du temps dans des dortoirs, dans des capsules hôtels, et j’ai eu pour quelques nuits ma propre chambre avec Air BNB.

Quels ont été tes coups de cœur à Tokyo ?

J’ai adoré le quartier Shibuya, ça va dans tous les sens, c’est impressionnant ! A l’opposé, j’ai aussi adoré Asakusa, beaucoup plus calme. La vue sur la ville depuis la préfecture est impressionnante !! (et c’est gratuit). Je ne fais pas énormément de visites payantes à vrai dire. Se balader dans la rue est déjà une activité. Aller à la rencontre des Japonais, s’arrêter tous les 20m aux distributeurs, observer les pancartes publicitaires, le style Kawaï des jeunes Tokyoïtes, leurs fausses machines à sous, les salles de jeux, les plats en plastique présentés en devanture des restaurants, les magasins d’électronique où tu peux te faire masser gratuitement, etc. Se perdre dans les rues, c’est s’offrir une visite à ciel ouvert !

Tokyo la magnifique

Pour un premier voyage, quelle destination conseillerais-tu après la capitale : Osaka ou Kyoto ?

J’ai trouvé qu’Osaka ressemblait à un mini Tokyo, en un peu plus populaire. J’ai beaucoup aimé mais Kyoto a quelque chose de totalement différent. La culture est beaucoup plus présente. Les Japonais s’habillent de façon traditionnelle. Et même si certaines rues sont agitées, la rivière et les magnifiques temples offrent un caractère paisible à la ville.

Tu as visité Naha sur l’archipel d’Okinawa, puis l’île de Zamami. Qu’y a-t-il à voir ?

A Naha, sur l’Ile Okinawa, il y a quelques plages sympas, une artère principale (Kokusai Street) avec des spécialités culinaires. Il y a un métro venu du futur. Cette ville est surtout la porte d’entrée et de sortie pour se rendre à Zamami Island. Cette île est magnifique. J’y suis allée en août et il n’y avait pas beaucoup de touristes. L’eau y est turquoise, transparente. Il faut y plonger pour faire du snorkelling. Avec la végétation de l’île, nous ne sommes pas loin du paradis. Les habitants sont très accueillants et beaucoup moins pressés que sur l’archipel principal.

Culinairement parlant, as-tu fait de surprenantes découvertes ?

À vrai dire, j’ai mangé pas mal de choses dont je ne connaissais pas la totale composition, ça restera un mystère d’ailleurs. J’ai fait la découverte de pancakes à base de purée de haricots rouge, de petit pois et de thé vert, c’était plutôt bon. En revanche, à Naha, j’ai goûté le Goya, ce légume très bon pour la santé mais vraiment pas bon en bouche, très amer !

Quels sont tes projets pour la suite ?

Mon visa pour l’Australie se finit au mois d’avril, je compte travailler jusqu’à la fin afin de mettre de l’argent de côté pour partir à la découverte d’autres pays d’Asie. Je postule en parallèle pour le WHV Canada. C’est la deuxième année que j’essaye, en espérant que ce soit la bonne.

La culture nippone


On souhaite à Lucile de décrocher le très demandé PVT Canada. Dans le cas contraire, elle pourra toujours se rabattre sur le WHV Japon.

Retrouvez ses aventures sur le blog Catch My Dreams.

Une escapade entre Tokyo et l’île d’Okinawa
Notez cet article
Partager

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.