Le football au Brésil, bien plus qu’une passion

le football au Brésil
BrésilLeave a Comment on Le football au Brésil, bien plus qu’une passion

Le football au Brésil, bien plus qu’une passion

Ça ne vous surprendra certainement pas mais le football est le sport roi au Brésil. D’ailleurs, l’un de ses plus illustres représentants, Pelé, se fait encore aujourd’hui surnommer « O Rei », le Roi ! Il se revendique comme le plus grand joueur de foot de l’histoire. Un égo surdimensionné pour ce joueur talentueux qui offrira au Brésil (avec l’aide de ses coéquipiers !) 3 de ses 5 Coupes du monde.

L’histoire et le palmarès du football brésilien

Dans ses couleurs traditionnelles (maillot jaune, short bleu et chaussettes blanches), la Seleção a remporté le mondial à cinq reprises : en 1958 en Suède, en 1962 au Chili et 1970 au Mexique avec Pelé, puis en 1994 aux USA et en 2002 en Corée du Sud et au Japon.

L’italien Roberto Baggio rate son tir au but en finale de la coupe du monde 1994. Le Brésil est sacré champion du monde à Pasadena (Californie)

Des souffrances, le football brésilien en a connu. En 1950, le Brésil organise sa première coupe du monde et perd en finale contre l’Uruguay.

En 82 (image à la une), emmenée par ses maîtres à penser Socrates (dit le Docteur), Falcao, Eder et Zico, la magnifique équipe du Brésil est sortie par l’Italie du grand Paolo Rossi.

Par la suite, la Seleção s’est trouvée une bête noire, l’équipe de France. En 86, les Brésiliens sont sortis en quart de finale par les Bleus après la séance de tirs au but. En 98, le Brésil emmené par Ronaldo est sèchement battu 3-0 en finale de la Coupe du Monde en France, avec notamment deux buts de la tête de Zinedine Zidane. Ce même Zidane qui en 2006 sort l’une de ses plus belles partitions en quart de finale, sortant une nouvelle fois les Brésiliens.

Centre de Djorkaeff, tête de Zidane.

Mais le pire affront, c’est en 2014 lors de la seconde coupe du monde organisé à domicile. Ce devait être une fête dans le pays où le foot est roi, or la fête fut gâchée pour les Brésiliens, tristes et amers après la déculottée reçue en demi-finale. La Seleção est terrassée par le futur champion du monde allemand 7 à 1 et voit même son ennemi juré, l’Argentine, en finale de SON mondial dans SON mythique stade du Maracana. Plus qu’une souffrance, un drame, une malédiction !

Au niveau continental, le Brésil a remporté 9 Copa Amercia sur 45 éditions, ce qui n’est pas fabuleux quand on connaît la qualité des joueurs Brésiliens. A titre de comparaison, l’Uruguay en a gagné 15 et l’Argentine 14.

Les Brésiliens, un style de jeu si caractéristique

Les Brésiliens sont des joueurs très recherchés, notamment en Europe, car bien formés techniquement, tactiquement et de plus en plus en terme de rigueur défensive (ce qui faisait défaut au Brésiliens dans les années 90 où les penseurs du foot brésilien mettaient en avant l’esthétique joga bonito fait de dribbles et de passements de jambes). On estime que 1200 Brésiliens sont expatriés et professionnels hors de leur pays, un record !

Les plus grands joueurs Brésiliens de l’histoire

Difficile de ne pas citer ici Pelé, meilleur buteur de la sélection avec 77 buts en 94 matchs. Le Roi a remporté trois coupes du monde. Par la suite, d’autres buteurs lui ont emboîté le pas. Citons notamment Ronaldo (62 buts en 98 matchs), Romario (55 buts en 70 matchs), Bebeto (39 buts en 75 matchs), Jairzinho (33 buts en 81 matchs)

Pour qu’il y ait de grands buteurs, il faut surtout des passeurs décisifs, des organisateurs du jeu. Raï, Zico, Garrincha, Eder ou plus récemment Kaka étaient ce type de joueurs. D’autres avaient cette folie caractéristique, ce joga bonita brésilien fait d’accélérations et de dribbles. Plus à l’aise sur un côté pour créer du jeu, citons les artistes Rivaldo, Denilson, Neymar et Ronaldinho !

Le toucher de balle extraordinaire de Ronaldinho.

Sur les côtés toujours mais plus bas, citons Djalma Santos, créateur du poste de latéral droit dont la qualité principale est la vitesse et les centres. C’est un joueur capable aussi bien de défendre que d’attaquer sur son aile. Parmi les joueurs les plus connus à ce poste, l’arrière gauche Roberto Carlos (spécialiste des coups francs lointains), Cafu (142 sélections, un record !), Maicon, Marcelo et Dani Alves (recordman du nombre de trophées dans une carrière à 38 unités).

Gardien le plus capé de la sélection brésilienne avec 101 sélections, Claudio Taffarel mérite bien de figurer aussi tout comme son capitaine, le milieu de terrain Dunga. Une autre idée du foot, plus rude avec des tacles glissés au milieu de terrain.

Enfin, citons le docteur Socrates (il a vraiment un doctorat en médecine !!!), un démocrate engagé mais aussi un esthète du beau football.

Les joueurs Brésiliens en France

Dans le championnat français, un peu moins réputé, certains ont laissé une trace indélébile. Citons notamment le lyonnais Juninho (et ses incroyables coups-francs), les Parisiens de l’ére Canal+ Raï et Valdo, l’attaquant marseillais Carlos Mozer pendant les années Bernard Tapie, le buteur Sonny Anderson passé par Marseille, Monaco et Lyon…mais aussi Vitorino Hilton, qui joue encore dans notre championnat à 42 ans ! L’infatigable défenseur, qui joue depuis 17 ans en France, a respectivement porté les couleurs de Bastia, Lens, Marseille et Montpellier. Il compte bien dépasser la barre des 500 rencontres !

Ils ont joué en France aussi : Thiago Silva, Marquinhos, Neymar, Ronaldinho, Cris, Edmilson, Caçapa, Michel Bastos, Leonardo et plein d’autres.

Le championnat brésilien, un fonctionnement unique

Le championnat Brésilien de football a la réputation d’être d’un bon niveau, même si les meilleurs éléments traversent souvent l’Atlantique pour évoluer dans les grands championnats européens. C’est souvent l’occasion de voir de jeunes pousses et des vétérans de retour au pays pour finir leurs carrières.

Le championnat a la particularité de se jouer à la fois au niveau national, mais aussi au niveau régional. Ainsi, les équipes de Rio de Janeiro participent à un championnat carioca et à un championnat plus global et de meilleur qualité avec les équipes des autres villes brésiliennes que sont Sao Paulo, de Bahia, Porto Alegre, Belo Horizone, etc.

Dans l’Etat de Sao Paulo, on retrouve quatre grandes équipes. 3 sont situées dans le centre de Sao Paulo : les Corinthians (7 titres de champion du Brésil) soutenus par la classe populaire de la ville, Palmeiras (10 titres) et le Sao Paulo FC (6 titres). Le FC Santos (8 titres), autre très bonne équipe, joue à Santos, une ville côtière une heure de la capitale.

Les meilleures équipes dans l’état de Rio de Janeiro sont : Flamengo (6 titres au niveau national), Vasco de Gama (4 titres), Fluminense (4 tites) ou encore Botafogo (2 titres).

Autres grandes équipes brésilennes :

  • Atletico Mineiro et Cruzeiro (Belo Horizonte)
  • Internacional et Gremio (Porto Alegre)

Comment assister à un match de foot brésilien pendant votre PVT Brésil ?

Pour acheter des billets via internet, rendez-vous sur le site FutebolCard (billets à retirer à la billetterie du stade). Sinon, il est possible d’acheter des billets les jours de match à la billetterie, mais il faut arriver tôt. Les étudiants paient moitié prix.

Si vous allez voir des matchs avec une forte rivalité, adoptez une attitude neutre…ou supportez l’équipe jouant à domicile. Attention au choix de couleurs que vous portez, même si vous n’arborez pas de maillots de football, il serait imprudent d’être vêtu avec les couleurs de l’équipe adverse…ou même d’une équipe rivale.

Les principales rivalités dans le foot brésilien :

  • Clássico dos Milhões entre Flamengo et Vasco de Gama
  • Fla-Flu : Flamengo et Fluminense
  • Clássico Vovô : Botafogo et Fluminense
  • Clássico dos Gigantes : Vasco de Gama et Fluminense
  • Majestoso : Sao Paulo FC et Corinthians
  • Derby Paulista : Corinthians et Palmeiras
  • Choque Rei : Sao Paulo FC et Palmeiras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.