Mieux connaître votre destination PVT : Taïwan

mieux connaître Taïwan
À la une ! TaïwanLeave a Comment on Mieux connaître votre destination PVT : Taïwan

Mieux connaître votre destination PVT : Taïwan

Mieux connaître votre destination PVT (programme/permis vacances travail), Working Holiday Visa, Programa Vacaciones y Trabajo à travers des histoires, infos utiles ou futiles, anecdotes…

épisode 6 : Taïwan 🇹🇼

Carte d’identité

  • Nom officiel : République de Chine
  • Superficie : Environ 36 000 km²
  • Nombre d’habitants : 23,6 millions.
  • Capitale : Taipei (2,6 millions d’habitants dans la ville et 7 millions dans l’agglomération)
  • Langues : mandarin et taïwanais.
  • Monnaie : nouveau dollar de Taïwan. En mai 2020, 1 € = 33 TWD.

Taïwan, une seule île ?

On a tendance à croire que Taïwan n’est qu’une seule île, or il y a en a plusieurs. La principale se nomme Formose (ou Taïwan). Elle occupe 35 800 km² et 99 % du territoire taïwanais. Les autres archipels sont donc relativement petits. Il y a notamment les îles Penghu ou îles Pescadores comme disent les Européens. Il y a aussi des îles qui sont clairement aux portes de la Chine continentale, comme Kinmen (ou Quemoy), les îles Wuqiu et Matsu.

A noter que la République de Chine (Taïwan) et la République Populaire de Chine revendiquent les îles Senkaku (ou îles Diaoyu ou îles Pinnacle en ce qui concerne les autres noms), administrés par le Japon depuis 1895.

L’histoire récente de Taïwan, les dates clés

  • 1540 : Les navigateurs Portugais en route pour le Japon débarquent à Taïwan et la nomment l’île Formose (Ilha Formosa).
  • 1604 : Les Néerlandais, pour le compte de la Compagnie des Indes, s’installent sur les îles Pescadores pour commercer avec la Chine. Dans les années qui suivent, le Japon tente d’envahir les îles Pescadores, sans succès.
  • 1624 : Les Chinois forcent les Néerlandais à quitter les Pescadores mais les autorisent à s’installer à Formose pour commercer. Les Espagnols débarquent quelques années après et restent quinze ans sur Formose avant de se faire chasser par les Néerlandais.
  • 1652 : Révolte de Chinois se sentant oppressés à Formose. Les Néerlandais, aidés par les Aborigènes, écrasent la rébellion.
  • 1668 : Les Néerlandais se retirent de Taïwan, qui est contrôlé par la dynastie Zheng.
  • 1684 : sous la houlette de la dynastie Qing, Taïwan devient une préfecture de la province chinoise du Fujian.

Le dixième siècle est marquée par des vagues de révoltes et de répressions entre les Chinois et les Aborigènes.

  • 1858 : traité de Tianjin. La France et l’Angleterre se voient ouvrir quatre ports de commerce sur Taïwan.
traité de Tianjin
  • 1865 : ouverture d’un consulat anglais au sud de l’île.
  • 1874 : Les Japonais tentent de contrôler l’île officiellement pour « venger » les pêcheurs des îles Ryukyu massacrés par les aborigènes. Ils échouent et c’est la cour chinoise des Qing qui indemnise.
  • 1885 : Taïwan devient une province chinoise avec Taipei comme capitale.
  • 1895 : La Chine, qui sort perdant d’une guerre contre les Japonais, cède Taïwan à l’Empire du Japon. Des insulaires tentent de fonder la République de Taïwan mais échouent.
  • 1900-1940 : Des Aborigènes se révoltent contre l’occupation japonaise mais échouent.
  • 1937 : lancement du mouvement Kominka, qui avait pour but de « japaniser » la société taïwanaise
  • 1940 : Abolition de la discrimination dans les écoles primaires entre Taïwanais et Japonais et scolarisation obligatoire dès 1943.
  • 1945 : sorti défait de la Seconde Guerre Mondiale, le Japon perd Taïwan, récupéré par des nationalistes Kuomintang (chinois).
  • 1947 : les révoltes identitaires font 30 000 morts.
  • 1949 : Sur le continent, la République Populaire de Chine est fondé sur les fondements du communisme. Le maréchal Tchang Kaï-chek, après avoir perdu la guerre contre Mao Zedong, se réfugie à Taïwan. Il met alors en place la loi martiale ainsi qu’un gouvernement provisoire. La population chinoise arrivée en 1949 représente 15 % de la population totale de l’île. Mais les immigrés prennent le contrôle de Taïwan !
  • 1950 : création de la République de Chine à Taïwan.
  • 1951 : Traité de San Francisco. Le Japon renonce à sa souveraineté sur Taïwan et signe plus tard un traité de paix avec la Chine.
  • 1954 : Les USA et Taïwan signent un traité de défense mutuelle. La République Populaire de Chine annexe les îles Tachen, ce qui cause une crise diplomatique.
  • 1958 : l’armée populaire de libération de la Chine lance une offensive contre les îles Kinmen et Matsu. Les États-Unis interviennent et empêchent l’invasion chinoise.
  • 1971 : L’ONU reconnaît la République Populaire de Chine. La République de Chine perd le siège de celle-ci et est exclue de toute l’organisation.
  • 1975 : mort de Tchang Kaï-chek, président de la République de Chine (Taïwan) de 1950 à 1975.
  • 1979 : signature du Taiwan Relations Act au congrés américain. Les USA ne reconnaissent plus la République de Chine, abandonnent les relations diplomatiques et ne garantissent plus l’intervention militaire des États-Unis en faveur de Taïwan si celle-ci était envahie par la Chine. Dans le même temps, Pékin appelle Taïwan à revenir dans « la mère patrie ».
  • 1982 : Taïwan reconnaît les dirigeants de Pékin comme les « autorités communistes chinoises » mais refuse la soumission.
  • 1987 : la loi martiale est levée. La population taïwanaise est autorisée à visiter la République populaire de Chine.
  • 2002 : Taïwan fait son entrée dans l’OMC (organisation mondiale du commerce).
  • 2005 : La République Populaire Chine vote une loi autorisant l’armée à envahir Taïwan si celle-ci déclare son indépendance.

Taïwan, un état vraiment indépendant ?

Taïwan est un état insulaire, situé en mer de Chine, au large de la Chine continentale. Depuis 1949, c’est un état qui se veut indépendant et qui porte le nom officiel de « République de Chine ». Il ne dépend donc pas de la « République Populaire de Chine » même si Pékin, via la Constitution de la république de Chine, revendique toutes les îles de Taïwan en vue d’une réunification. Pékin considère que Taïwan est la 23ème province de Chine.

Dans les faits, Taïwan se comporte comme un état indépendant, sans que l’indépendance ait jamais été officiellement proclamée. Cela pose plusieurs problèmes car Taïwan n’est pas reconnu comme un état indépendant par de nombreux pays et organisations comme l’OMS (organisation mondiale de la santé). Taïwan n’a donc pas accès à la totalité des données et des directives sur la gestion du Covid-19.

Quid de Taïwan à l’ONU ? Avant 1971, c’est la « République de Chine » qui siégeait au conseil de sécurité l’ONU, parlant au nom de la Chine toute entière (Taïwan + Chine continentale). En 1971, elle est remplacée à New York par la « République Populaire de Chine ». Taïwan est donc un état non-membre de l’ONU.

Des films pour découvrir Taïwan

  • Une belle journée d’été (1991, un drame de 3h57 tout de même !)
  • The Bold, the Corrupt, and the Beautiful (drame/thriller, 2017)
  • Dear Ex (comédie dramatique, 2018, Netflix)
  • The Great Buddha+ (comédie noire, 2017)

La cuisine à Taïwan

La cuisine taïwanaise tire ses influences des aborigènes qui peuplaient l’île avant les invasions européennes, chinoises, japonaises mais aussi beaucoup de la province chinoise côtière du Fujian, le territoire voisin le plus proche de Taïwan. L’arrivée en 1949 de Chinois continentaux venus de toute la Chine a permis de varier la cuisine taïwanaise. Les plats les plus répandus sont :

  • Ô-á mī-sòaⁿ, soupe de vermicelles aux huîtres.
  • Jiû-hî keⁿ, soupe de calamar/seiche.
  • Ba-luah e, fondue chinoise très épicée.
  • Ló͘-bah-pn̄g, porc mijoté sur un bol de riz.
  • Le tofu puant, un tofu fermenté dégageant une odeur et un goût parfois proche du munster ou d’autres fromages de caractère.
  • Boulettes de riz gluant sautées légèrement sucrées.
  • Po̍h-piáⁿ (潤餅, rùn bǐng, aussi connu sous le nom de lunpiah ou de crêpe taïwanaise très fine et à moitié croustillante dont la farce varie. Cette farce peut contenir du sucre en poudre, de la poudre de cacahuète, de l’œuf, des légumes hachés, du porc haché ou même des fruits de mer. 

Le sport à Taïwan

Taïwan participe aux Jeux olympiques sous le nom de Taipei chinois avec un drapeau et un hymne spécifique. Le sport national à Taïwan est le baseball. Ils ont d’ailleurs remporté la médaille d’argent en 1992 à Barcelone, battu par Cuba. Manque de bol, ce n’est plus un sport olympique de nos jours. Taipei a récolté 24 médailles avant les JO de Tokyo, dont 3 en or (deux en taekwondo et une en haltérophilie).

Des livres à lire sur Taïwan :

  • Nouvelles de Taïwan ( Yao-ming Kan Yi-feng Koo Tong Weiger Sabrina Huang Yu-fen Ko, 2018)
  • Gens de Taipei (Bai Xianyong, 2020)
  • La bande-dessinnée Formose de Li-Chi Lin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.