Mieux connaître votre destination PVT : Colombie

mieux connaître la Colombie
À la une ! ColombieLeave a Comment on Mieux connaître votre destination PVT : Colombie

Mieux connaître votre destination PVT : Colombie

Mieux connaître votre destination PVT (programme/permis vacances travail), Working Holiday Visa, Programa Vacaciones y Trabajo à travers des histoires, infos utiles ou futiles, anecdotes…

épisode 4 : la Colombie 🇨🇴

Carte d’identité

  • Superficie : 1,114 millions de kilomètres carrés.
  • Géographie : La Colombie a des frontières terrestres avec le Venezuela et le Brésil à l’est. Avec l’Equateur et le Pérou au sud. Avec le Panama au nord-ouest. La Colombie a des côtes sur l’Océan Pacifique et sur la mer des Caraïbes.
  • Nombre d’habitants : 48 millions environ.
  • Capitale : Bogotá (7 millions d’habitants environ)
  • Monnaie : peso colombien. En avril 2020, 1 € = 4,4 COP. Plus d’infos sur le taux journalier ici.

Colombie, la terre de Christophe Colomb ?

Non, Christophe Colomb n’a jamais foulé les terres de l’actuel Colombie. Le nom de « Colombie » est un hommage au célèbre navigateur, donné par le général vénézuélien Francisco de Miranda, compagnon de Simon Bolivar lors de la Guerre d’Indépendance de la Grande Colombie.

La Grande Colombie désignait alors une grande bande de terre au nord de l’Amérique du Sud comprenant la Colombie, le Panama, le Venezuela et l’Equateur.

Colombie, la terre des grenades ?

C’est le conquistador Gonzalo Jiménez de Quesada qui nomma ces terres la Nouvelle-Grenade au seizième siècle, lui qui était originaire de Grenade en Espagne. En 1717, l’Empire espagnol fonda la Vice-royauté de Nouvelle-Grenade sur les terres de la Grande Colombie (Colombie, Panama, Venezuela, Equateur)

Après les guerres d’indépendance et l’éclatement de la Grande Colombie en 1830, la République de Nouvelle-Grenade fut érigée sur les terres de l’actuelle Colombie et Panama. Il faudra attendre 1886 pour que l’on renomme cette terre définitivement la République de Colombie.

Drapeau bleu, jaune et rouge

Les couleurs de la Colombie, du Venezuela et de l’Equateur sont les mêmes. Elles ont été choisies par Francisco de Miranda.

Francisco de Miranda, révolutionnaire voyageur…Simon Bolivar, révolutionnaire convaincu

Forcément antiroyaliste, Francisco de Miranda est un sympathisant de la Révolution française. Il a d’ailleurs vécu en France de 1791 à 1798 dont une partie passée en prison, notamment sous la Terreur. Il est le seul Latino-Américain qui ait son nom gravé sous l’Arc de triomphe de l’Étoile en souvenir de sa participation à la bataille de Valmy remportée contre la Prusse et l’Autriche (1792).

Après ses exploits en Europe, Francisco de Miranda devient le héros de l’indépendance vénézuélienne (1811), président de la république (1812), puis premier dictateur du pays après un coup d’état (1812). La République revint quelques mois après sous l’égide de Simon Bolivar, héros de l’indépendance de la Grande Colombie.

Francisco de Miranda, en taule à Cadix.

Simon Bolivar, lui, peut se targuer d’avoir été Président de la Colombie, du Venezuela mais aussi du Pérou* et de la Bolivie (le nom est inspiré de lui) et de laisser son empreinte à ce qu’on appelle encore aujourd’hui « la république bolivarienne ». Joli CV !

*l’Histoire lui a attribué de 1824 à 1825 le titre de dictateur du Pérou. Il préféra la mention « Président libérateur ».

L’histoire moderne de la Colombie

  • 1499 : le conquistador espagnol Alonso de Ojeda débarque en Colombie au Cap de la Vela en compagnie de l’explorateur basque Juan de la Cosa et du navigateur italien Amerigo Vespucci à qui on doit le nom d’Amérique. Globalement, les tribus indigènes rencontrées sont décimées.
  • 1514 : Les Espagnols établissent leurs premières colonies. Fondation de Santa Marta en 1525, de Cartagena en 1533 et de Bogota en 1538. Le terme de Grande Colombie désigne le territoire colombien, panaméen, vénézuélien et équatorien. Elle dépend du vice-roi du Pérou.
  • 1717 : création de la vice-royauté de Nouvelle-Grenade (au même titre que la vice-royauté du Pérou à Lima et que la Nouvelle-Espagne en Amérique du Nord).
  • 1741 : Les Britanniques, qui souhaitent prendre Cartagena, sont vaincus par les armées espagnoles.
La ville coloniale de Cartagena.
  • 1810 : les indépendantistes menés par Simon Bolivar entament les guerres d’indépendance contre l’Espagne.
  • 1819 : les indépendantistes remportent la bataille de Boyaca contre l’Empire espagnol sonnant l’indépendance de la Nouvelle-Grenade.
La bataille de Boyaca par Martin Tovar y Tovar
  • 1821 : création de la constitution républicaine de la Grande Colombie.
  • 1829 : sécession du Venezuela, qui devient indépendant.
  • 1830 : mort de Simon Bolivar et éclatement de la Grande Colombie. Il y a désormais trois états : le Venezuela, l’Equateur et la Nouvelle-Grenade (Colombie et Panama).
  • 1839-1884 : période d’instabilité politique avec des guerres civiles.
  • 1886 : La République de Colombie prend son nom définitif.
  • 1903 : Guerre des Mille Jours. Le Panama se sépare de la Colombie avec le soutien des Etats-Unis d’Amérique.
  • 1932 : guerre entre la Colombie et le Pérou pour le contrôle de terres en Amazonie. La ville de Leticia, fondée à l’initiative du Pérou en 1867, devient colombienne.
  • 1948-1960 : La Violencia. Guerre civile entre les partisans de la droite catholique et ceux de la gauche radicale dont le leader Jorge Eliécer Gaitán a été assassiné.
  • 1953 : coup d’état de Gustavo Rojas Pinilla. Les militaires tentent de calmer les tensions entre conservateurs et libéraux.
Gustavo Rojas Pinilla
  • 1957 : la dictature prend fin, renversée par un front national entre conservateurs et libéraux. Des groupes de guérilleros issus des mouvements libéraux ou communistes se forment. Les plus connus, les FARC, se rassemblent en 1964.
  • Années 70 : apparition des cartels de narcotrafiquants (Cartel de Medellin, Cartel de Cali…), de plus en plus puissants et riches grâce aux exportations de cocaïnes vers les Etats-Unis.
  • 1993 : mort de Pablo Escobar, chef du cartel de Medellin et baron de la drogue le plus riche du monde, par la police nationale colombienne. Sa fortune était estimée à 30 millions de dollars US. Les cartels de Medellin et de Cali sont démantelés dans les années 90 mais le narcotrafic a encore de beaux jours devant lui en Colombie.
Escobar
  • 2016 : Le Président Juan Manuel Santos obtient le Prix Nobel de la Paix pour son action en faveur du processus de paix avec la guérilla des FARC. 
  • 2019 : Le nouveau Président Ivan Duque Marquez est très impopulaire, jugé notamment anti-écolo et très libéral. À la suite d’importants mouvements sociaux, Duque déploie l’armée dans les rues et instaure un couvre-feu. 10 % des combattants FARC ont annoncé reprendre les armes car selon eux, le processus de paix n’est plus respecté. La grande majorité souhaite tout de même rester dans le processus de paix.

Les grands artistes colombiens

Gabriel Garcia Marquez (1927-2014), écrivain ayant reçu le prix Nobel de littérature en 1982. Ce sont les romans Cent ans de solitude (1967), Chronique d’une mort annoncée (1981) et L’Amour aux temps du choléra (1985) qui lui apportent la reconnaissance du public, des médias et de ses pairs. 

Fernando Botero, sculpteur né en 1932, réputé pour ses personnages aux formes rondes et voluptueuses inspirés de l’art précolombien.

Shakira, chanteuse née en 1977, mondialement connue pour avoir interprété des tubes internationaux (Hip’s dont lie, Whenever Wherever, La Totura) et le titre de la Coupe du Monde de football 2010 (Waka Waka). Elle a vendu plus de 75 millions de disques dans le monde. Mariée avec le footballeur catalan Gerard Piqué, elle réside à Barcelone.

Le sport en Colombie

Le football est le sport le plus populaire en Colombie. Los Cafeteros (les cafetiers), voilà comment on surnomme les joueurs de l’équipe nationale de Colombie. Celle-ci a vu passé des phénomènes entre Valderrama et sa tignasse blonde (111 sélections, un record !) et le gardien tireur de coup-franc René Higuita, inventeur du coup du scorpion, un arrêt acrobatique spectaculaire réalisé avec les pieds. On rappelle que le gardien a le droit d’utiliser ses mains pour empêcher le ballon de mourir dans les filets. Plus récemment, c’est le buteur Radamel Falcao qui a donné du baume au cœur des supporteurs tricolores. El Tigre a marqué 34 buts pour son pays, un record !

Valderrama

Mais le football en Colombie, ce n’est pas que du plaisir. En 94, au retour d’une coupe du monde ratée aux Etats-Unis, le défenseur Andrés Escobar, coupable d’un but marqué contre son camp est assassiné. D’après la petite amie d’Escobar, le tueur aurait crié « goal » (« but ») pour chacune des douze balles tirées.

Au niveau du palmarès, ce n’est guère plus encourageant. 1 seule Copa Amercia, remportée en 2001 sur ses terres. Et l’Argentine avait déclaré forfait.

Le show Higuita

Les Colombiens sont aussi des dingos de vélos et leur épreuve favorite est bien évidemment le Tour de France. Frustré par les mésaventures de Santiago Botero  et Oscar Sevilla dans les années 2000, la seconde place de Nairo Quintana en 2013 et 2015, le pays s’est enflammé lors de la victoire d’Egan Bernal sur la Grande Boucle 2019.

Bernal roule sur le Tour de France.

Les Colombiens aiment aussi la boxe, le baseball, la F1 (quand Juan Pablo Montoya défiait Schumacher) et plein d’autres sports !

La gastronomie colombienne

La cuisine colombienne doit ses influences à la cuisine ibérique, afro-caribéenne et amérindienne. Le manioc, le riz (arroz), la patate et le maïs (choclo) sont des ingrédients de base, tout comme l’arepa, un pain de maïs qui se garnit d’ingrédients divers et variés. Les meilleurs plats sont l’ajiaco (soupe de pommes de terre, maïs et poulet), le ragoût sancocho, les tamales (papillottes farcies de viande, de poisson, de fromage ou de légumes, cuites à la vapeur dans de grandes feuilles de maïs séchées). L’empanada est aussi consommé en Colombie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.