Articles

À la une ! Canada

Ouverture de la session EIC 2020 lundi 9 décembre – Demandez votre PVT Canada !

Les visas EIC pour les Français et les quotas

  • PVT ou permis vacances travail. Âge : 18 à 35 ans (la demande peut se faire jusqu’à la veille des 36 ans). Durée maximum du PVT Canada pour les Français : 24 mois. Quota de places : à déterminer. Ce visa de travail ouvert sert à financer son voyage au Canada en travaillant auprès d’autant d’employeurs que vous souhaitez, partout dans le pays. Cette catégorie s’adresse à ceux qui n’ont pas encore d’offre d’emploi. Vous pouvez effectuer quasiment tous les jobs (un examen médical sera demandé pour certains emplois).
  • Jeunes Professionnels. Âge : 18 à 35 ans (la demande peut se faire jusqu’à la veille des 36 ans). Durée maximum : 24 mois. Quota de places : à déterminer. Cette catégorie s’adresse à ceux qui ont une offre d’emploi au Canada qui contribue à votre perfectionnement professionnel. Vous travaillerez pour le même employeur dans un endroit donné pendant la durée de votre séjour au Canada.
  • Stage Coop International. Âge : 18 à 35 ans (la demande peut se faire jusqu’à la veille des 36 ans). Durée maximum : 12 mois. Quota de places : à déterminer. Cette catégorie s’adresse à ceux qui ont obtenu un stage conventionné au Canada en étant inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur français.

Les visas EIC pour les Belges et les quotas

  • PVT ou permis vacances travail. Âge : 18 à 30 ans. Durée maximum du PVT Canada pour les Belges : 12 mois. Quota de places : à déterminer.

Les visas EIC pour les Suisses et les quotas

  • Jeunes Professionnels. Âge : 18 à 35 ans. Durée maximum : 18 mois. Quota de places : à déterminer.
  • Stage Coop International. Âge : 18 à 35 ans. Durée maximum : 12 mois. Quota de places : à déterminer.

Déterminez votre admissibilité

Quels sont les conditions pour postuler à Expérience Internationale Canada ?

Pour être admissible à Expérience Internationale Canada, les Français, Belges et Suisses devront réunir les conditions suivantes.

  1. Posséder un passeport valide pendant toute la durée de votre séjour au Canada. Votre permis de travail ne sera pas valide au-delà de la validité de votre passeport.
  2. Être âgé de 18 à 30 ans pour les Belges (veille des 31 ans) et jusqu’à 35 ans pour les Français et les Suisses (veille des 36 ans).
  3. Disposer d’au moins 2 500 $ CAN pour couvrir vos dépenses au Canada (soit environ 1 660 €)
  4. Souscrire à une assurance maladie pour la durée de votre séjour. Pour cela, on vous propose le contrat Cap Working Holiday. Vous aurez peut-être à fournir une preuve de cette assurance à votre arrivée au Canada.
  5. Être recevable au Canada.
  6. Détenir, avant votre départ, un billet aller-retour ou démontrer que vous aurez suffisamment d’argent pour vous acheter un billet de retour à la fin de votre séjour autorisé au Canada.
  7. Ne pas être accompagné de personnes à charge.
  8. Débourser les frais de visa.

Pour être admissible au visa Jeunes Professionnel, vous devrez avoir une offre d’emploi signée ou un contrat d’emploi signé au Canada. L’offre d’emploi doit être dans votre domaine d’expertise (par votre expérience scolaire ou de travail) et participer à votre perfectionnement professionnel.

Pour être admissible au visa Stage coop international, vous devrez avoir une offre d’emploi signée ou un contrat d’emploi signé pour un placement ou un stage au Canada qui respecte les exigences de votre programme scolaire ou universitaire.

Comment faire sa demande de visa PVT Canada, Jeunes Pro ou Stage Coop International ?

Critères d’admissibilité à EIC

  1. Remplissez le questionnaire Venir au Canada et obtenez votre code de référence personnel.
  2. Utilisez ce code pour créer votre compte d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Soumission de votre profil et demande d’un permis de travail

  1. Soumettez votre profil et choisissez les bassins d’EIC dans lesquels vous souhaitez être inscrit.
  2. Si vous recevez dans votre compte une invitation à présenter une demande, vous aurez 10 jours pour commencer à la remplir.
  3. Dès que vous commencez, vous aurez 20 jours pour remplir votre demande, la soumettre et payer les frais afférents.
    Pendant ces 20 jours, votre employeur doit acquitter les frais de 230 $ CAN relatifs à la conformité de l’employeur en passant par le Portail des employeurs. Une fois ces frais acquittés, l’employeur vous donnera un numéro d’offre d’emploi que vous devrez inscrire dans votre demande de permis de travail. (uniquement pour les visas Jeunes Pro et Stage Coop)
  4. Téléversez tous les documents à l’appui, y compris les certificats de police et d’examen médical, s’il y a lieu. Si vous n’avez pas tous les documents à l’appui, téléversez la preuve établissant que vous avez envoyé une demande pour subir un examen médical ou obtenir un certificat de police.
  5. Payez vos frais de participation de 150 $ CAN en ligne (100 €), dans votre compte d’IRCC, avec une carte de crédit. D’autres frais pourraient s’ajouter, par exemple si vous devez fournir vos données biométriques (85 $ CAN, soit 56 €) ou si vous demandez un permis de travail ouvert au titre de la catégorie vacances-travail (100 $ CAN, soit 66 €).

Les données biométriques

  1. Après avoir soumis votre demande, le cas échéant, vous recevrez dans votre compte d’IRCC une lettre d’instructions pour la collecte des données biométriques. Vous aurez alors 30 jours pour fournir vos données biométriques dans un centre de réception des demandes de visa. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Évaluation de la demande de permis EIC

  1. L’évaluation de la demande du permis de travail peut prendre jusqu’à 56 jours. Nous pourrions vous demander de fournir des documents supplémentaires.
  2. À cette étape, c’est la dernière occasion que vous avez de vous retirer du processus d’EIC en obtenant un remboursement (frais de participation, frais de titulaire d’un permis de travail ouvert, frais relatifs à la conformité de l’employeur).
  3. IRCC vous enverra dans votre compte une lettre pour le point d’entrée. Apportez cette lettre au Canada.

Quelle assurance santé pour s’expatrier au Canada avec un PVT, un Jeunes Pro ou un Stage Coop ?

Si vous avez l’opportunité d’être sélectionné et que vous partez au Canada via le programme Expérience Internationale Canada, il vous faudra une assurance voyage pour toute la durée de votre visa. En effet, vous ne pourrez plus bénéficier de la sécurité sociale française une fois là-bas et vous ne pourrez pas vous inscrire à un régime canadien, même si vous décidez de vous installer dans une région francophone.

Avec le contrat Cap Working Holiday, vous bénéficiez des garanties suivantes :

  • Assistance et rapatriement sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre aux frais réels.
  • Frais médicaux & Frais d’hospitalisation à 100% en illimité et sans franchise.
  • Responsabilité civile.

Et plein d’autres garanties à découvrir sur le site internet ou en contactant directement Chapka Assurances au +33 1 74 85 50 50 (info@chapka.fr)

Attention, si vous obtenez un PVT ou un JP d’une durée de 24 mois et que vous ne souscrivez que pour 12 mois à l’assurance (en pensant pouvoir renouveler sur place), vous n’obtiendrez qu’un visa de 12 mois et il ne sera pas possible de le prolonger. Oui, les autorités canadiennes sont très claires sur ce sujet.

À la une ! Australie

L’Australie en PVT par Estelle et William

Les Nantais Estelle et William ont décidé de se lancer dans un très long voyage depuis janvier 2018. Ils ont pas mal baroudé en Asie du Sud-Est, en Afrique Australe et ont découvert une partie des Etats-Unis en road-trip. Désormais, ils sont en Australie avec des visas Working Holiday.

Pourquoi ce choix de l’Australie et du visa Working Holiday ?

Quand on commençait à avoir envie de voyager après nos études nous avions décidé de commencer par l’Australie, puis au fur et à mesure un début de tour du monde s’est initié avant d’atterrir ici ! 

Pourquoi le PVT ? Parce que lorsqu’on y réfléchit un peu c’est le meilleur mode de voyage, tu peux travailler trois mois et voyager les neuf prochains avec un même visa et une facilité déconcertante ! Tu travailles pour payer ton voyage et en même temps tu découvres le pays comme tu n’aurais pas pu le faire simplement en vacances, donc c’est que du positif ! On se demande vraiment pourquoi tout le monde ne fait pas ça, c’est une chance en tant que français d’avoir cette opportunité à l’autre bout du monde !

Est-ce que vous avez défini un itinéraire ?

Honnêtement on ne planifie jamais rien en avance, on savait que l’on voulait atterrir dans l’ouest car c’est la partie la plus sauvage qui nous tentait vraiment ! Et ensuite c’est au gré de nos envies et des endroits où l’on va trouver du travail aussi.

Comment voyagez-vous dans le pays ?

Quand nous sommes arrivés à Perth sur la côte Ouest on a directement acheté une voiture de type 4×4, on voulait être autonome ! Et honnêtement on se demande comment on peut voyager autrement en Australie, le pays est immense, les distances se comptent toujours en milliers de kilomètres et les routes sont belles donc pour nous c’est vraiment le meilleur moyen de transport ici ! 

Quels sont les spots que vous avez découvert pour le moment ?

On a pas encore vu beaucoup de choses en Australie, le pays est immense et on veut prendre notre temps ! Mais pour le moment le parc national de Karijini nous a vraiment surpris, des canyons splendides parsemés de piscines translucides avec des couleurs qui changent toute la journée ! On commence tout juste à découvrir l’état du South Australia et on aime déjà beaucoup aussi. 

Vous avez trouvé des jobs ?

Niveau job pour le moment on a travaillé dans une station service/motel perdue au milieu de rien (première ville à 700km), on a travaillé pour une entreprise qui reçoit et stocke les céréales dans le South Australia et actuellement on travaille toujours dans le même secteur mais pour une autre entreprise dans le Victoria ! Et en parallèle on continue nos recherches pour notre prochain travail, on préfère anticiper car ici tu peux te retrouver sans travail du jour au lendemain !

On mange si mal que ça en Australie ?

Honnêtement la nourriture ici n’est vraiment pas bonne. L’Australie n’a pas de culture culinaire propre donc c’est un mélange de pleins de pays mais surtout des États-Unis et de l’Angleterre donc on vous laisse imaginer la catastrophe ! A chaque fois que l’on rencontre des français on en vient à parler de nourriture et de tout ce qui nous manque. 

En revanche pour nous qui sommes végétariens on trouve souvent notre bonheur car ils ont des gammes végétariennes très développées et vraiment bonnes ! Un comble pour le pays du barbecue.

Citez 3 choses insolites que font les Australiens au quotidien.

La culture Australienne est bien loin de la notre, voici ce qui nous a interpellé depuis qu’on est arrivé : la bière après le travail est vraiment ancrée dans leur culture à tel point que certaines entreprises l’offre à leurs employés après le travail, de la même façon dont ils vont payer leur chambre d’hôtel et leurs repas en déplacement. 

Les Australiens pour la plupart sont vraiment aisés financièrement, du coup ils achètent des choses assez insolites ! C’est donc banal de voir deux couples d’amis en train de pêcher le week-end sur leur bateau barbecue près des côtes !! Oui oui ils achètent des bateaux dans lesquels le barbecue est intégré, poisson aussitôt pêché, poisson aussitôt cuit et mangé !

Et dernière chose que les australiens font quotidiennement, et qui est complètement incompréhensible, c’est d’entretenir leur coupe mulet !! Ils considèrent cette coupe comme stylée et carrément à la mode !

C’est quoi la suite du programme ?

A court terme, travailler le plus longtemps possible là où l’on se trouve actuellement puis à moyen terme trouver un autre travail pour boucler nos jours de ferme et être certains de revenir pour un second visa. A long terme c’est plus compliqué de planifier mais on aimerait faire les 3 ans de visa en Australie dans le but de voyager encore longtemps après ! 

Suivez les aventures d’Estelle et William sur leur blog Overglobe ainsi que sur Facebook et Instagram.

À la une ! Taïwan

Taïwan : 10 sites naturels à découvrir pendant votre PVT

Vous allez faire un PVT à Taïwan ? Profitez-en pour découvrir les sites naturels de l’île-état !

La bonne nouvelle, c’est que Taïwan est un petit état insulaire de seulement 36 000 km², soit environ la superficie des Pays de la Loire. Ou la moitié de la région Occitanie. Vous n’aurez donc aucun mal à parcourir tous les sites naturels cités ci-dessous :

Le Parc National Yangmingshan

Facile d’accès car situé au nord de la capitale Taipei, ce parc national de 115km² est célèbre pour ses cerisiers, ses sources d’eaux chaudes et ses fumerolles (de la vapeur volcanique qui s’extrait de la roche). A effectuer : une randonnée autour du volcan éteint Mont Qiwing (1120m d’altitude) que l’on surnomme « seven star mountain » en anglais.

Le cratère actif Xiaoyoukeng près des chutes de Datun (Parc National Yangmingshan)

La Péninsule de Yehliu

Découvrez la péninsule de Yehliu et son incroyable géoparc avec vue sur la mer de Chine. Ce sont de curieuses figures formées par l’érosion. On dirait clairement des champignons géants !

Le géoparc de Yehliu.

Le Parc National Shei-Pa

Du point le plus bas (la vallée de la rivière Da-an à 760m) au sommet du mont Xueshan (3 886m), c’est tout un écosystème incroyable et d’innombrables sentiers de randonnées ! Le parc national abrite 51 sommets à plus de trois mille mètres d’altitude. Il y a de quoi faire pour les marcheurs !

Parc National Shei-Pa

Les gorges de Taroko

Elles ont été formées par une rivière qui a creusé son chemin à travers des montagnes de marbre et de granit. Baladez-vous sur le sentier tracé à travers les forêts, puis sculpté dans la roche. On y observe de somptueuses cascades et aussi un temple bouddhique.

Les gorges de Taroko.

Le lac de la Lune et du Soleil

C’est la destination préférée des couples en lune de miel. Quand on voit la photo ci-dessous, on ne peut que valider ce choix !

Le lac de la Lune et du Soleil.

La vallée orientale du Rift

La vallée de Huadong ou vallée de Hualien-Taitung s’étend sur 180 kilomètres près de la côte est de Taïwan. A découvrir sur place : Le Tobacco Barn House Village à Yuli, qui offre une introduction à l’histoire de la plantation et de la transformation du tabac. En été, il y a un festival célébrant les récoltes. A voir aussi : le lac Yunshanshui et Mukumugi, le village de la tribu Taroko.

Des plantations de riz dans la région orientale du Rift

Yu Shan, la montagne de Jade

C’est le point culminant de l’île de Taïwan (3 952m d’altitude). Pour l’arpenter, effectuez le sentier de Tataka (ou Tatajia ou Tatachia), qui démarre à 2 610 mètres d’altitude sur le versant occidental. Il fait 10,5 kilomètres et passe par le refuge Paiyun (3 460m) où la plupart des randonneurs s’arrêtent pour la nuit. 

La montagne de Jade

La canton d’Alishan

Alishan est la base principale pour préparer l’ascension de la montagne de Jade. Il existe cependant d’autres points d’intérêts comme la randonnée du Chu Shan. Jiao Lung Waterfall, la plus haute chute d’eau de Taiwan, est située aux alentours. A voir aussi : le parc de la tribu culturelle YuYuPas Tsou.

Les plantations de thé Oolong dans la montagne Alishan.

Le Parc National Taijiang

Le Parc National est en grande partie situé dans la ville de Tainan. Elle s’étend de la digue sud du port de pêche de Qingshan jusqu’à la rive sud de la rivière Yanshui et est principalement constituée de terres côtières publiques.

La mangrove du Parc National Taijiang.

Le Parc National de Kenting

Le parc de Kenting est connu pour son climat tropical et ensoleillé, ses plages et montagnes pittoresques. La superficie du parc couvre environ 181 km² de terre et 152 km² de mer. Le monument iconique est le phare d’Eluanbi, achevé en 1883 (21m de hauteur).

Un gros rocher sur la côte du Kenting.

Quelques informations sur le nature à Taïwan :

  • 8, c’est le nombre de parcs nationaux à Taïwan.
  • Comme pour la forêt noire en Allemagne, certaines espèces végétales ont été préservées pendant des millénaires (if de Chine, Isoetes taiwanensis…)
  • Taïwan abrite des espèces animales uniques comme la salamandre taiwanaise, l’ours noir de Taïwan, le macaque de Formose, le faisan de Swinhoe, le saumon et même la grenouille la plus ancienne du monde.
  • Taïwan abrite 400 espèces de papillons dont cinquante espèces endémiques. A ajouter : 440 espèces d’oiseaux migrateurs.
Australie

Il est interdit de grimper sur Uluru !

Le site d’Uluru, aussi connu sous le nom d’Ayers Rock, est classé au patrimoine mondial de l’Unesco et est surtout sacré pour les Aborigènes. Voilà pourquoi il est désormais interdit -sous peine d’amendes- de faire l’ascension d’Uluru.

C’est le conseil du parc national d’Uluru-Kata Tjuta qui a voté unanimement pour une interdiction totale de l’ascension du mont Uluru à partir du 26 octobre 2019, soit la date du 34ème anniversaire du retour du mont sous le contrôle des aborigènes Anangu.

Plus d’informations sur le site de National Geographic

Nouvelle Zelande

Randonnées en NZ : la sélection de Maxime, Universlemonde

Article rédigé par Maxime du blog Universlemonde

En Nouvelle-Zélande, il y a deux choses qui frappent : Le nombre incroyable de randonnées disséminées partout dans le pays et les All Blacks quand tu les rencontres sur un terrain de rugby. Mais comme j’ai autant de chances de les affronter que d’assister au concert de piano d’un axolotl, on va plutôt se concentrer sur les randonnées en Nouvelle-Zélande.

Les Great Walks

Parmi ces innombrables randonnées, il y en a dix réputées spectaculaires et qu’on appelle les « Great Walks ». Great walks ça veut dire « super marcher » littéralement, mais ici on n’est pas chez les pantouflards donc on enfile ses plus belles chaussures de marche, un sac à dos et c’est parti mon kiwi !

Les great walks sont réparties dans tout le pays et ont le point commun de durer plusieurs jours. Sur les chemins, on trouve régulièrement des huts (payantes) et des campements de tentes pour dormir (payants aussi) avec toilettes et eau parfois potable sur chaque site (gratuites cette fois). J’en ai fait quelques-unes entièrement ou en partie dont je parle ci-dessous.

Randonnées en Nouvelle-Zélande sur l’île du sud

Kepler Track

Départ au Kepler Track Carpak, à 5 kilomètres de Te Anau. Une boucle de niveau intermédiaire de 60 km à effectuer en 3 à 4 jours.

Faute de temps, j’ai fait les deux premières parties en une journée. Soit 6 heures aller-retour pour 28 km au total.

On parcourt les premières heures baignées dans la fraîcheur d’une forêt aussi boisée qu’ennuyante mais la récompense arrive quand s’offre à nous le lac Te Anau depuis Luxmore Hut.

Routeburn Track

Départ à Routeburn Shelter, vers Glenorchy. Un aller de niveau intermédiaire de 33 km à effectuer en 2 à 4 jours, après il faut revenir.

Une autre Great Walk dont je n’ai fait que la première partie, en troupeau avec un groupe d’amis. On a atteint le Harris Saddle Point pour revenir au point de départ en 7 heures pour 26 km aller-retour.

Un enchevêtrement d’espaces propices à la photo de l’année avec accès à un point de vue sur des paysages grandioses toutes les quatre minutes, environ. Une succession de beautés naturelles qui mettraient à mal l’impassibilité d’un koala empaillé.

Autour de Wanaka

Pas de great walks par ici mais plusieurs petites randonnées à ne pas louper autour de Wanaka.

Isthmus Peak : Une montée de 2 heures à l’assaut d’une colline coincée entre les lacs Wanaka et Hawea. Cette randonnée, jugée intermédiaire par la plèbe, ne sera qu’un jeu d’enfant pour la plupart d’entre vous. Par moment, une douce moquette de verdure se propose même d’accueillir vos valeureux petits pieds. Une gentille préparation aux cartes postales qui vous attendent au sommet, recto comme verso.

Roys Peak : Vous rêvez secrètement de dominer le monde ? Venez d’abord dominer Wanaka et son lac depuis le Roys Peak ! Ici, vous dominerez pendant 20 minutes s’il y a pas trop de vent et en compagnie de seulement 10 personnes si vous avez de la chance. Parce que quand on est 50, on sait plus c’est qui qui domine.

Le glacier Rob Roy : Une randonnée d’une facilité déconcertante avec un glacier suspendu à la clé s’il vous plaît. Je constate à vos mines déconfites – de surcroît confites dans un passé proche – que ce nom interpelle. Rob Roy fut un Écossais qui choisit la vie de fermier dans la vallée de Matukituki dans les années 1870. La simple image d’un homme vivant en kilt dans un endroit dépourvu de source de chaleur à une époque sans électricité ni slips en coton ne fait pas froid que dans le dos.

Enfin le Diamond Lake, qui est à la randonnée ce que la poignée pour baisser la vitre de la portière de la voiture est à la musculation. Une phrase assez longue pour n’exprimer qu’une métaphore quelconque. Peut-être aussi longue que la randonnée du Diamond Lake. Mais sa vue d’ensemble sur le lac de Wanaka saura ravir les grands comme les petits, les bruns comme les blonds (et peut-être les roux, qui sait), les vaillants comme les fainéants.

Abel Tasman Coast Track

Départs à Marahau ou Tōtaranui. Un aller de niveau facile de 60 km à effectuer en 3 à 5 jours, après il faut revenir en bateau.

Un chemin côtier qui alterne entre forêts luxuriantes et plages de sable fin bordées d’eau turquoise. Que l’on soit plagiste professionnel de père en fils ou non, force est de constater que les coins qui représentent une offense pour la vue se font plutôt rares sur ces sentiers.

Mes campements sur l’île du sud

  • Kepler Track, Andy’s Place : 13 NZ$/personne (7,80 €) la nuit. Un emplacement sans toilettes, réservé aux véhicules Self-Contained et situé chez un particulier à 6 km de Te Anau en direction de Mossburn.
  • Routeburn Track, Glacier Burn Carpark : Un parking gratuit réservé aux véhicules self-contained. Situé à 25 km de Glenorchy et à 15 km du départ de Routeburn Track.
  • Abel Tasman, Totaranui Great Walk Campsite : 15 NZ$/personne (9 €) la nuit. Équipé de toilettes, de cuisines et de robinets d’eau potable et accessible en van. Le camp idéal pour démarrer le trek tôt le lendemain.
  • Abel Tasman, Torrent Bay Village Campground : 30 NZ$/personne (18 €) la nuit en tente. Des lits en hut sont également disponibles pour 75 NZ$/personne (45 €) la nuit.
  • Roys Peak et Diamond Lake, Red Bridge Campsite : situé à 10 minutes de Wanaka. Un parking gratuit avec toilettes réservé aux véhicules Self-Contained.
  • Rob Roy Glacier Track, Raspberry Flat : Un parking gratuit avec toilettes réservé aux véhicules Self-Contained.
  • Isthmus Peak Track, Isthmus Peak Carpark : Un parking gratuit avec toilettes réservé aux véhicules Self-Contained.
  • Le Hub, situé à Wanaka & Queenstown, est un endroit réservé aux véhicules Self-Contained. Ici vous pouvez prendre une douche, aller aux toilettes, utiliser le WiFi, vider votre bidon d’eau usée, remplir votre bidon d’eau claire et recycler vos déchets gratuitement. Possibilité d’utiliser les infrastructures pour une durée de 2 heures maximum par jour, ouvert uniquement en été.

Les prix des huts et campsites correspondent à la haute saison (du 01 octobre au 30 avril), ils baissent le reste de l’année.

Pour les Néo-Zélandais et les étrangers présents en Nouvelle-Zélande depuis plus de 6 mois, tous les campements en tente et les lits en huts sont à -50 %, sur présentation d’un justificatif.

Pour effectuer vos réservations, rendez-vous au I-Site le plus proche. Les réservations d’emplacement de tentes ou de lits en hut peuvent également se faire sur le site du DOC.

Randonnées en Nouvelle-Zélande sur l’île du nord

Tongariro Northern Circuit

Départ à Whakapapa Village. Une boucle de niveau intermédiaire de 43 km à effectuer en 3 à 4 jours.

Si vous aimez les volcans, les lacs aux couleurs innovantes et les paysages lunaires, le Tongariro sera parfait pour vous. On peut même admirer de très près le volcan Ngauruhoe qui joue la Montagne du Destin dans Le Seigneur Des Anneaux.

Si vous avez une météo favorable à venir, foncez car le temps par ici est aussi incertain qu’une nomination au prix Nobel de la paix pour Vladimir Poutine. Bon, peut-être pas à ce point, mais regardez quand même la météo avant d’y aller.

En cas de motivation en début de téléchargement ou si vous n’avez qu’un jour, le Tongariro Alpine Crossing passe également par les plus beaux points de vue du Tongariro.

Whanganui Journey

Départ à Taumaruni pour les 5 jours ou Whakahoro pour les 3 jours. Un aller en kayak à effectuer en 3 jours pour 87 km ou 5 jours pour 145 km, avec un retour en bus.

Après un sage briefing de la part de la société de location qui nous montre les endroits où on va se casser la gueule sur les rapides les plus compliqués, on rejoint le point de départ en bus. Là, on troque les chaussures de marche, les bâtons et tutti quanti pour un gilet de sauvetage, une belle pagaie et en kayak Yvonne.

Une descente sur la rivière Whanganui, sacrée pour les Maoris et bordée d’une végétation incroyablement verte et luxuriante. La great walk la moins parcourue de toutes vous coupera du monde pour 3 ou 5 jours et vous en mettra plein la vue au moyen de paysages qui semblent sortir tout droit de Jurassic Park.

PS : Pensez à bien attacher le petit bidon pour écoper, il servira.

Toutes ces randonnées d’un niveau intermédiaire et les temps de marche annoncés sont plutôt larges sauf si vous êtes unijambiste ou pirate donc équipé d’une jambe de bois. Pour le reste du pays, vous pouvez y aller au pif. Il y a un départ de trek à chaque carrefour dans cette contrée.

Mes campements sur l’île du nord

  • Tongariro Northern Circuit, Mangahuia Campground : 13 NZ$/personne (7,80 €) la nuit. Équipé de toilettes et d’un robinet d’eau potable, site idéal pour dormir près du Tongariro avant de commencer le trek le lendemain. 21 emplacements sont disponibles pour tout type de véhicule, self-contained ou non. Honesty box, prévoir l’appoint, premier arrivé premier servi.
  • Tongariro Northern Circuit, Oturere Campsite : 15 NZ$/personne (9 €) la nuit en tente. Des lits en hut sont également disponibles pour 36 NZ$/personne (21,80 €) la nuit.
  • Tongariro Northern Circuit, Whaihohonu Campsite : 15 NZ$/personne (9 €) la nuit en tente. Des lits en hut sont également disponibles pour 36 NZ$/personne (21,80 €) la nuit.
  • Whanganui Journey, John Coull Hut : 20 NZ$/personne (11,90 €) la nuit en tente. Des lits en hut sont également disponibles pour 32 NZ$/personne (19 €) la nuit.
  • Whanganui Journey, Tīeke Kāinga : 20 NZ$/personne (11,90 €) la nuit en tente. Des lits en hut sont également disponibles pour 32 NZ$/personne (19 €) la nuit.

Les prix des huts et campsites correspondent à la haute saison (du 01 octobre au 30 avril), ils baissent le reste de l’année.

Pour les Néo-Zélandais et les étrangers présents en Nouvelle-Zélande depuis plus de 6 mois, tous les campements en tente et les lits en huts sont à -50 %, sur présentation d’un justificatif.

Pour effectuer vos réservations, rendez-vous au I-Site le plus proche. Les réservations d’emplacement de tentes ou de lits en hut peuvent également se faire sur le site du DOC.

Nouvelle Zelande

Les voyageurs en PVT Nouvelle-Zélande doivent payer une taxe verte

Depuis le 1er juillet 2019, les voyageurs se rendant en Nouvelle-Zélande doivent payer une taxe touristique pour la préservation de l’environnement (IVL). Cette mesure s’applique aussi bien aux touristes qu’aux personnes détentrices de visas comme le Working Holiday ou le visa étudiant.

La taxe touristique pour la préservation doit être acquittée soit en ligne à l’occasion de la demande d’autorisation de voyage électronique pour les voyageurs dispensés de visa, soit au moment du dépôt de la demande de visa (Working Holiday, étudiants…). Le coût de cette taxe est de 35 €

Les personnes dispensées du paiement de cette taxe sont bien évidemment les Néo-Zélandais, ceux qui ont un statut de résident, les Australiens, les personnes ayant la nationalité de certains pays du Pacifique, ainsi que les titulaires de visas diplomatiques, militaires, médicaux et humanitaires.

Payez votre taxe touristique IVL pour la préservation de l’environnement

Besoin d’une assurance santé pour votre voyage en Nouvelle-Zélande ? Faites confiance à Chapka Assurances.

Nouvelle Zelande

Les touristes en Nouvelle-Zélande doivent obtenir une autorisation de voyage électronique

A partir du 1er octobre 2019, les voyageurs se rendant en Nouvelle-Zélande pour des vacances de moins de trois mois -sans visa- devront obtenir une autorisation de voyage électronique (NZeTA) afin d’être accepté sur le territoire. Les voyageurs faisant escale en Nouvelle-Zélande pour se rendre par exemple en Polynésie Française ou en Nouvelle-Calédonie devront également obtenir l’autorisation de voyage électronique NZeTA.

Cette autorisation se demande en ligne, soit à partir d’une application gratuite téléchargeable sur smartphone, soit sur internet. Sa délivrance se fait en 72 heures et son coût est de 9 dollars NZ si la demande est faite à partir d’un smartphone et de 12 dollars NZ à partir du site internet. La durée de validité de la NZeTA est de deux ans.

Cette mesure ne concerne donc pas les personnes détentrices de visas comme le Working Holiday ou le visa étudiant.

Demandez votre autorisation de voyage électronique en Nouvelle-Zélande

Besoin d’une assurance santé pour votre voyage en Nouvelle-Zélande ? Faites confiance à Chapka Assurances.

Australie

Le nombre de Français augmente en Working Holiday Australie

24 413 Français ont obtenu le visa Working Holiday à destination de l’Australie sur la période 2018-2019. C’est une augmentation de 5,15 % par rapport à l’exercice précédent. Une troisième hausse consécutive pour les ressortissants français. Sur les 24 413 visas délivrés, 85 % sont des premiers visas et 15 % sont des seconds visas. Pour avoir le droit de prolonger son séjour (et donc obtenir un second visa), les personnes doivent cumuler 3 mois ou 88 jours de travail dans un secteur en pénurie de main d’oeuvre (ex : agriculture, pêche, construction dans le bâtiment, secteur des mines, du bois, etc.). Les zones en pénurie de main d’oeuvre : toute l’Australie, à l’exception des grandes villes que sont Sydney, Melbourne, Brisbane, Perth et leurs alentours.

Saison13/1414/1515/1616/1717/1818/19
Nombre de PVT accordés aux Français25 73423 37521 52722 36123 21724 413
Evolution en %– 9.2 %– 7.9 %+ 3.8 % + 3.8 % + 5.15 % 

Source : Australian Government – Department of Home Affairs. Les chiffres sont annoncés par année fiscale, du 1er juillet au 30 juin de l’année suivante.

Le record du nombre de Français en PVT Australie a été établi pendant l’exercice 2013-2014. A l’époque, plus de vingt-cinq mille ressortissants Français avaient obtenu le précieux sésame.

Sur les 24 413 Français ayant obtenu le visa, 55% sont des hommes et 45% sont des femmes.

Quelles nouveautés pour le PVT Australie en 2019 ?

A partir du 1er juillet 2019, les Français peuvent demander leur visa Working Holiday Australie de 18 ans à 35 ans (jusqu’à la veille des 36 !). Il sera également possible de demander un troisième visa (en échange de 6 mois de travail en secteurs spécifiques). Enfin, le tarif du visa passe de 450 dollars australiens à 485 AUD (soit 300 € environ).

comment demander et obtenir un pvt australie ?

Combien de voyageurs internationaux en PVT Australie ?

209 036 voyageurs ont obtenu un visa vacances travail* à destination de l’Australie entre juillet 2018 et juin 2019. C’est une légère baisse de 0.7 % par rapport à la saison 2017-2018. 79 % des visas sont des visas de première année. A noter qu’il y a un peu plus de femmes que d’hommes (109 030 femmes !)

Rappelons que le record de visas délivrés est de 258 248 visiteurs lors de la saison 2012-2013.

*ça regroupe les visas Working Holiday (417) et le visa Work and Holiday (462), qui présentent des similarités.

Classement des nationalités représentés en visa vacances-travail Australie (2018-2019) – Pays à + de 1000 visas

  1. Royaume-Uni : 35 948 visas délivrés – 4.7 %
  2. France : 24 413 visas délivrés + 5.15 % 
  3. Corée du Sud : 21 380 visas délivrés – 3.4 %
  4. Allemagne : 21 152 visas délivrés (– 11.4 %)
  5. Taïwan : 18 239 visas délivrés (– 14.5 %)
  6. Japon : 11 933 visas délivrés + 8.6 % 
  7. Irlande : 11 077 visas délivrés + 21.7 % 
  8. Italie : 10 797 visas délivrés + 2.8 % 
  9. USA : 7 861 visas délivrés(+ 0.3 % )
  10. Canada : 7 477 visas délivrés (+ 5 % )
  11. Chine : 7 021 visas délivrés (+ 14 % )
  12. Pays-Bas : 5 251 visas délivrés (– 3.8 %)
  13. Chili : 3 052 visas délivrés (+ 24.5 % )
  14. Suède : 2 808 visas délivrés (– 15.7 %)
  15. Belgique : 2 536 visas délivrés (+ 3.3 % )
  16. Espagne : 2 286 visas délivrés (+ 40 % )
  17. Hong-Kong : 2 167 visas délivrés (– 17 %)
  18. Argentine : 1 969 visas délivrés (+ 24.4 % )
  19. Indonésie : 1 585 visas délivrés (+ 1.5 % )
  20. Estonie : 1 689 visas délivrés (– 7.8 %)
  21. Danemark : 1 410 visas délivrés (– 7.1 %)
  22. Finlande : 1 190 visas délivrés (– 18 %)
  23. Israël : 1 047 visas délivrés (+ 84 % )

L’Allemagne, deuxième nationalité la plus présente en Australie l’an dernier, va passer au quatrième rang. Les Français grimpent quant à eux à la deuxième place.