Choc des cultures, quand une voyageuse goûte à la vie au Japon

0

Vivre au Japon en PVT n'est pas facile.

Par Lucie Aidart du blog Voyages et Vagabondages.

Voilà trois mois que j’ai quitté le Japon et que j’ai mis fin à mon PVT Japon de manière prématurée, pour venir vivre à Chiang Mai au Nord de la Thaïlande. J’ai très peu écrit sur le pays depuis, ne sachant pas vraiment comment mettre des mots sur cette expérience, ne sachant pas trop non plus comment en parler sans effrayer mes interlocuteurs. Il y a quelques semaines, pour la première fois depuis mon départ, le Japon m’a manqué et j’aimerais beaucoup y retourner en 2018. Mais en touriste cette fois-ci. Je ne me vois vraiment pas retourner vivre au Japon, car y vivre, même pour juste un an et y voyager est une expérience bien différente.

Alors si comme moi, vous préparez un PVT au Japon, pensez bien qu’au-delà des préparatifs administratifs et de la paperasse, il est tout aussi important de se préparer mentalement à ce voyage.

S’adapter au Japon n’est pas chose facile

Le Japon est l’un des pays les plus différents, culturellement parlant, que vous pourrez visiter et y déménager n’est pas anodin. Déménager en Thaïlande et m’adapter à ce pays n’a absolument pas été difficile et j’étais comme un poisson dans l’eau en quelques minutes. Cela a été le cas pour toutes mes autres expatriations et PVT, en Angleterre, en Suède, au Canada et en Argentine. Malheureusement, je n’ai jamais trouvé ma place au Japon et même si la majorité des gens qui s’y installent trouvent leur bonheur, il est important d’avoir conscience de certaines choses avant de partir. J’ai rencontré d’autres voyageurs qui, comme moi, ont eu beaucoup de mal à se faire à la vie au Japon.

pvt japon

Avant toute chose, il faut savoir que vivre Japon était l’un de mes plus grands rêves, l’un de mes plus vieux également. Depuis que j’avais 10 ans, je rêvais de vivre à Tokyo, de pratiquer le karaté au quotidien et de m’imprégner de cette culture qui me fascinait tant. J’avais même passé un mois au Japon lors de mon tour du monde et je n’avais pas été déçue. J’avais des bonnes bases de japonais, une bonne connaissance de la culture, de ses tenants et de ses aboutissants, de ses avantages et de ses défauts. Et puis, j’avais également plus de 10 ans de voyages en solo à mon actif et l’habitude de m’adapter à toutes les situations.

Malheureusement, mon PVT au Japon a également coïncidé avec une année difficile côté travail (je travaille en ligne), un burnout, des gros problèmes de santé et tout cela a fait que j’ai dû rester bien plus de temps que prévu à Tokyo. Toute autre ville aurait sans doute changé la donne, mais on ne peut parfois pas se battre ou changer les circonstances.

Un choc culturel au quotidien

Au Japon, en habitant à Tokyo, j’ai dû faire face au plus grand choc culturel de ma vie* et je me suis rendue compte que je n’étais pas du tout faite pour vivre dans la société japonaise et m’y intégrer. La grande voyageuse que j’étais devenue ne pouvait pas vraiment y trouver sa place. J’ai été confrontée au choc culturel au quotidien, dans mes voyages en métro, dans les conversations que j’avais au café, les conversations où je travaillais, dans mes tentatives de me faire des amis, dans les démarches administratives, dans la famille d’accueil où j’ai vécu quelques semaines lorsque je prenais des cours de japonais, dans les relations avec mes amis japonais de longue date, lorsque j’allais faire les courses, dans mes conversations avec les expats, dans mes impairs, dans les festivals, en marchant dans la rue, dans mes voyages, dans les auberges de jeunesse.

J’ai été confrontée face à ma propre incapacité à m’adapter, à mon intolérance, au racisme envers moi pour la première fois, à la solitude et à la tristesse que je trouvais en moi et chez les gens que je rencontrais ou que je voyais errer dans les bars de Tokyo. Je suis devenue exécrable et j’ai commencé à haïr la voyageuse que j’étais en train de devenir. Alors je me suis envolée vers l’ailleurs, vers les îles, vers la campagne, vers un autre pays (Taiwan), pour me soigner un peu, pour me guérir et mieux revenir.

vivre à Tokyo avec un visa vacances travail

J’ai pris beaucoup de recul en revenant à Tokyo**, j’ai pris conscience de la chance que j’avais et j’ai appris à apprécier les petites choses du quotidien au Japon, j’ai appris à m’émerveiller devant l’absurde, le beau, les détails, l’impalpable. J’ai contemplé les sublimes paysages, j’ai marché dans les temples et les parcs, j’ai admiré la beauté des choses, l’art de vivre, le calme et le silence. Je me suis réconciliée avec moi-même, avec mon rêve d’enfant et avec le Japon. Je veux y retourner pour découvrir d’autres paysages incroyables, pour y vivre des moments surprenants comme il n’y en a qu’au Japon, je veux y retrouver l’inspiration magique qui semble présente à chaque tournant, à chaque coin de rue, je veux y retourner pour marcher sans m’arrêter dans les rues de Tokyo.

Alors oui, le Japon est un pays fabuleux à visiter et à y vivre pour certains. Peu de gens sont déçus par leur voyage là-bas, mais je pense qu’il est important de se préparer à vivre un grand choc culturel.

s'adapter à la culture japonaise

Quelques conseils avant d’aller vivre au Japon

  • Lisez beaucoup sur le pays avant de partir, renseignez-vous, parlez avec des gens qui y ont vécu et ne vous concentrez pas sur l’aspect manga, karaté ou autre élément de la culture japonaise qui vous y a attiré en premier lieu.
  • Essayez d’aller en voyage au Japon avant de partir y vivre, pour être sûr que cela vous convient.
  • Partez dans les bonnes conditions : si vous êtes malades, déprimés, en burnout ou autre crise, ce n’est peut-être pas le bon choix.
  • Prévoyez un très bon budget, la vie y est souvent plus chère que l’on ne l’imagine.
  • N’hésitez pas à choisir une autre ville que Tokyo pour commencer, qui est une ville très rude.
  • Rapprochez-vous des groupes de voyageurs en PVT et d’autres voyageurs sur des forums, groupes Facebook, Couchsurfing etc. pour pouvoir faire des rencontres une fois sur place et ne pas vous sentir trop seul.
  • Prenez du recul sur votre expérience, préparez-vous à une phase d’adaptation plus ou moins longue et dites-vous que le choc culturel n’est pas irréversible.
  • Sortez dans la rue, marchez, visitez différents lieux, respirez, faites une pause contemplative, partez à la découverte des montagnes et de la campagne du Japon et vous découvrirez sans aucun doute la magie du Japon.

Partir du pays, aller ailleurs, rentrer en France avant la fin de votre PVT n’est pas un échec. L’important est de s’écouter !

*Lucie Aidart décrit le plus grand choc de sa vie dans un article publié sur son blog.

**Du rêve à la réalité, de la déception face à une destination rêvée, par Lucie Aidart.

Choc des cultures, quand une voyageuse goûte à la vie au Japon
Notez cet article
Partager

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.