Julie et Nemo, à la découverte de l’environnement australien

0

faire le tour de l'Australie en van

Julie, 25 ans, est diplômée d’un master en géographie avec une spécialisation en aménagement du territoire. Son compagnon, Nemo, est devenu Docteur en géologie à seulement 27 printemps. Une fois leurs études terminées, ils ont décidé d’entamer un tour de l’Australie en van. Leur passion commune pour l’environnement leur a donné l’envie de créer l’association Verre d’Oz, pour sensibiliser à la protection de notre bonne vieille Terre. Rencontre avec le duo !

Pourquoi avez-vous décidé de voyager en Australie avec un visa Working Holiday ?

Ne sachant pas exactement le temps qu’il nous faudrait pour faire le tour de l’Australie en van, le visa Working Holiday s’avérait être la meilleure option puisque il nous permettait de rester jusqu’à un an sur place !

Elephant Rocks, William Bay en Australie occidentale

Elephant Rocks, William Bay, Australie occidentale

Comment avez-vous voyagé à travers le pays ?

Nous avons acheté un van à Perth et avons décidé de l’aménager nous même pour des raisons financières. Après cela, nous avons fait le tour de l’Australie à bord de notre petite maison en nous arrêtant chaque soir sur des aires de repos gratuites et, plus rarement, dans des campings aménagés. Pour résumé : une immersion à temps plein dans la nature !

Parlez-nous de votre association Verre d’Oz.

Nous avons créé l’association Verre d’Oz en 2016 car nous avions envie de transmettre aux autres toutes les belles découvertes que nous faisions lors de nos voyages en les sensibilisant par la même occasion à la protection de l’environnement.

Margaret River

Margaret River

Quels sont les enjeux environnementaux fondamentaux en Australie ?

En Australie, nous avons découvert que le pays devait faire face à plusieurs gros problèmes environnementaux. Les premiers qui nous viennent à l’esprit sont sans doute la gestion des risques naturels comme les inondations et les incendies. On a été contraint de rouler plusieurs centaines de kilomètres sur des routes inondées et n’avons pas eu la chance de découvrir toute la région des Kimberley au Nord à cause des inondations !

Nous sommes également obligés de parler des dangers qui pèsent sur la Grande barrière de corail. Imaginez que durant la seule année 2016, près de 29% des coraux sont morts ! Nous avons-nous même effectué une excursion pour nous rendre sur la Grande barrière de corail et avons pu constater à quel point le blanchiment des coraux était généralisé !

Diriez-vous que les Australiens sont plus sensibilisés que les Français au respect de l’environnement ?

Les Australiens étant très sociables de nature, nous avons donc eu la chance de discuter avec un grand nombre d’entre eux. Nous ne pouvons toutefois pas dire qu’ils sont plus ou moins sensibilisés que les Français au respect de la terre et de la nature car cela dépend vraiment des thématiques auxquelles ont fait référence. Ils sont par exemple beaucoup plus respectueux de leurs littoraux mais cela n’a rien d’étonnant, étant donné qu’une majorité d’entre eux vit près des côtes. A l’inverse, si on prend le problème du plastique, vous seriez choqué de la quantité de sacs plastiques qu’ils utilisent dans les supermarchés, et ce dans la plupart des régions !

Granite Rock dans le Torodurup National Park

Granite Rock, Torodurup National Park

Quels sont vos projets pour la suite ?

De retour en France, nous avons prévu de passer un peu de temps avec nos familles et nos amis en attendant de trouver chacun un emploi. Nous comptons aussi en parallèle continuer de publier des articles sur l’environnement sur notre blog. Et puis nous allons commencer à réfléchir au prochain voyage que nous aimerions faire !

Retrouvez leurs aventures sur le site de l’association Verre d’Oz et suivez-les sur leur page Facebook.

Julie et Nemo, à la découverte de l’environnement australien
Notez cet article
Partager

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.