Inès au Canada, un modèle d’intégration !

0

Inès, vingt-sept ans, a parfaitement réussi son intégration au Canada. Professionnelle du tourisme à la base, la Franco-Algérienne n’a pas hésité à lancer sa carrière canadienne dans des secteurs variées. Elle a créé son émission de radio « fruits de la passion » sur Choq.ca et co-organise des ateliers (notamment de pâtisserie) à Montréal tous les dimanches à 11h00, là encore sous le nom « fruits de la passion ». Elle devrait amener son concept dans d’autres villes du Canada. Rencontre avec une fille déterminée !

Pourquoi as-tu décidé d’immigrer au Canada ?

Depuis très jeune, je me voyais partir vivre dans un pays étranger avec cette même soif de découvrir une autre culture, d’autres paysages bien que je sois très attachée à la France et l’Algérie. Il y a un an l’opportunité s’est présentée lorsque j’ai obtenu mon PVT du premier coup et pouf me voici au Canada !

As-tu trouvé un job ou est-ce que tu te laisses du temps pour voyager ?

Avant de partir j’avais un peu réfléchi à ma future installation et après avoir réglé toutes les questions administratives je me suis dit : « le Canada est le deuxième plus grand pays du monde alors pourquoi foncer à Montréal alors qu’une autre ville canadienne pourrait peut-être d’avantage te plaire ». Je me suis donc organisée un voyage d’un mois à travers certaines villes du Canada qui, après m’être renseignée, me paraissaient intéressantes. Chacune avait quelque chose qui aurait pu me convaincre :

  • Québec : ville à taille humaine offrant des opportunités d’emplois et pas trop éloignée de Montréal
  • Rimouski :  sa nature et ses centres de recherches.
  • Ottawa : ses potentialités professionnelles.
  • Toronto :  son dynamisme et son rayonnement international.
  • Vancouver : ses plages, son mode de vie et son attractivité auprès des grands entreprises.

Ce voyage m’a beaucoup appris sur le Canada. Il était important pour moi de connaître un peu mieux le pays qui deviendrait ma future maison et aussi être sûre de mon choix. Finalement, je me suis installée à Montréal pour son bilinguisme, les divers modes qui y cohabitent offrant à chacun la possibilité de vivre à son rythme et aussi les opportunités d’emploi. Après un mois et demi de voyage, j’ai rapidement trouvé un très bel appartement avec de supers colocataires et s’en ai suivi un emploi dans mon domaine : le tourisme.

Tu as visité Québec et le nord de la province. Quels ont été tes coups de cœur sur place ?

Le Québec est une très belle région offrant à découvrir des paysages très diverses, des produits du terroir délicieux et des habitants chaleureux dans chaque ville ou villages où je me suis arrêtée. Mon coup de cœur va peut-être à l’île d’Orléans en plein été. Lorsque j’ai traversé le pont reliant Québec à l’île d’Orléans, j’ai ouvert la fenêtre et une merveilleuse odeur de fraise a inondé la voiture. C’est un endroit charmant, hors du temps, avec de nombreux champs de fraises, framboises, cassis et des vignobles incroyables. Je conseille vivement de s’arrêter pour une visite et une dégustation chez Mona et filles pour leur délicieuse crème glacée au cassis. Faites une halte dans l’un des nombreux vignobles pour tester le vin de glace ou le vin rosé des filles du Roy.

Tu préfères Montréal ou Toronto ?

Ce sont deux énergies très différentes ! Quand je suis arrivée, j’ai rencontré un français habitant à Montréal depuis plus de 10 ans et il m’a décrit Montréal en ces mots « C’est une ville qui te laisse le temps. Le temps de vivre, de faire du sport, de sortir, de sociabiliser mais surtout de te trouver ». Concernant Toronto, j’y ai trouvé une diversité dans sa population, ses cultures, ses architectures et ses opportunités d’emplois et une énergie incroyable qui vous gagne au bout de quelques jours.

Montréal ou Toronto ?

Cite 3 choses improbables que font les Canadiens au quotidien.

Improbables ? Je n’en ai pas encore trouvé je pense. J’y ai plutôt observé des marques de savoir-vivre très agréables. Par exemple, les fumeurs ne peuvent être devant la plupart des bâtiments ou en terrasse pour ne pas déranger les autres. Une habitude plutôt appréciée.

Que mange-t-on de surprenant au Canada ?

La poutine bien sûr ! Drôle de mélange dont on comprend l’utilité fondamentale quand on vit son premier hiver et qu’il faut récupérer les nombreuses calories que vous perdez sous -20° après 30 minutes de marche !

créer son association au canada

Est-ce que tu vas essayer d’obtenir la résidence permanente au Canada ?

Oui, je pense avoir trouvé quelque chose au Canada qui me pousse à y rester plus longtemps. Je ne sais pas encore si j’y vivrai toute ma vie mais je sens que ce pays a tellement de choses à offrir. On ne peut pas tout découvrir en seulement 2 ans.

Pour la suite, l’Afrique et le Moyen-Orient sont des régions qui m’attirent personnellement et professionnellement. J’ai eu l’occasion de travailler au Ghana, puis au Cameroun, et j’ai voyagé au Liban. À chaque retour, je sens mon attirance grandir.

Inès au Canada, un modèle d’intégration !
Notez cet article
Partager

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.