Du Wwoofing sur la côte est de l’Australie !

3
Aux alentours de Brisbane, on trouve de quoi faire du Wwoofing en Australie

Brisbane

Salomé et Simon, amoureux de la nature, ont décidé d’interrompre leurs études pour partir à l’aventure. Faire du Wwoofing en Australie apparaissait alors comme une évidence. Travailler au grand air dans des exploitations agricoles à l’autre bout du monde, profiter des paysages magnifiques bordés par la Mer de Corail tout en découvrant une nouvelle culture. Assurément un bon deal ! Pour trouver du travail plus facilement, le couple a opté pour un visa permis vacances travail. Ils nous racontent leur expérience !

Pourquoi avoir choisi de partir en WHV Australie ?

Tout d’abord, nous avons choisi de partir en Australie parce que ce pays nous promettrait un dépaysement total au point de vue géographique mais avec une culture occidentale proche de ce que nous connaissons. Comme c’est notre premier long voyage, nous avons préféré aller dans un pays semblable au notre au niveau social, tout en découvrant des lieux très différents. Nous avons convenu que le PVT était le meilleur moyen d’entrer sur le territoire australien. N’ayant pas non plus un très gros budget, la possibilité de travailler en étant rémunérés nous rassurait.

Comment se sont passées les démarches pour obtenir le visa ?

Comme le site est entièrement en anglais, nous avons angoissé au moment des démarches. Avant le voyage, mon niveau d’anglais était bon sans être parfait et celui de mon compagnon était très bas. Toute la pression de l’obtention du visa était donc sur mes épaules. Je me suis aidée de Google Traduction et je dois dire que j’y suis arrivée en prenant le temps de tout lire et de tout traduire. Le plus important, c’est de rester calme et de prendre son temps, chose que je n’ai pas faite au début des démarches.

Vous avez décidé de tenter l’expérience Wwoofing. Comment trouvez-vous des contrats ?

Le système du Wwoofing est un excellent concept. Il permet d’être logé et nourri chez l’habitant contre quelques heures de travail par jour. Dans un premier temps, nous avons payé un abonnement afin d’avoir accès à un annuaire regroupant toutes les familles d’accueil. C’est très simple de trouver des contrats. Il suffit de feuilleter le livre qu’on a reçu, sélectionner les profils qui nous intéressent le plus et de leurs envoyer un e-mail. Au début, notre e-mail de prise de contact n’était pas bien étoffé mais au fil des expériences en Wwoofing, nous avons eu de plus en plus d’éléments pour nous mettre en avant, comme la capacité de gérer une basse-cour. C’est un peu comme un CV. Plus on pratique, plus on a de compétences à faire valoir.

Combien avez-vous fait de Wwoofing en Australie ?

Pour l’instant, nous avons déjà fait 8 Wwoofing différents. Certains nous ont marqué plus que d’autres car ils nous ont permis d’acquérir un savoir-faire dans un environnement adapté. Par exemple, à Samford (Queensland), nous avons été accueillis dans une ferme avec des chèvres. Nous avons eu la chance d’assister à plusieurs naissances et de nous occuper des nouveaux nés. Cette responsabilité nous a clairement enchanté.  A l’inverse, d’autres propriétaires conçoivent l’organisation différemment. A l’origine, le Wwoofing est basé sur l’échange et le partage. Or, certains nous considèrent comme de simples travailleurs à nourrir. Résultat, les seuls moments de partage sont les repas. Et encore, certains nous ont fait manger seuls dans des caravanes. Nous avons eu la chance de découvrir des missions différentes. Jardinage, soins animaliers, entretien de la ferme, travaux de construction, etc. Certaines sont plus intéressantes que d’autres, c’est sûr !

L’itinéraire :

Comment voyagez-vous en règle générale ?

N’ayant pas de véhicule, nous voyageons principalement en bus et en train. Comme cela nous revient cher, nous avons décidé de louer un van pour le dernier mois de notre voyage afin de rentrer à Cairns, d’où nous décollerons pour notre retour en France.

Quel a été votre destination coup de cœur pour le moment ?

Les avis sont partagés ! Pour Simon, Magnetic Island est sûrement sa destination coup de cœur. Larges plages de sable doré, couchés de soleil scintillant sur l’océan…le paradis ! Pour moi qui suis plus urbaine, Brisbane m’a beaucoup plus. Cette ville est inspirante et vivante. Parfaite pour une souris des villes !

Magnetic Island est une île au large de Townsville

Une plage sublime de Magnetic Island

Une bonne randonnée à nous conseiller ?

Nous avons beaucoup aimé le parcours de randonnée autour du Lac Barrine, aux alentours d’Atherton. Ce sentier est creusé à travers la forêt. Nous y avons vu des arbres magnifiques et des petits animaux sauvages. Cette randonnée ne fait que cinq kilomètres, ce qui permet de ne pas se fatiguer.

Au niveau de la nourriture, qu’avez-vous adoré et détesté ?

Nous nous sommes mis d’accord pour dire que le Fish and Chips est le plat que nous avons le plus mangé et également le plus adoré ! Bon marché, pratique à manger et délicieux, ce poisson tantôt frit tantôt grillé accompagné d’une bonne poignée de frites est parfait après une excursion en ville.

Ce que nous avons le plus détesté est sans aucun doute la Vegemite. Cette espèce de pâte à tartiner noire est faîte à base de levure, ce qui rend son goût fort et amer. Ignorant cette saveur étrange, je l’ai goûté la première fois à la petite cuillère. Erreur !

Le fish&chips est un plat très prisé en Australie

Fish & Chips !

Quels sont vos projets pour la suite ?

Nous n’avons aucun projet à part celui de louer un van. Nous suivons notre instinct et nos envies, ce qui rend notre voyage plus excitant et plein de surprises. Programmer quelque chose à l’avance ne nous ressemble pas, nous sommes des aventuriers !

N’hésitez pas à suivre le récit de leurs aventures de serial woofers sur leur blog EnjoyTravel57 !!

Partager

3 commentaires

  1. Pingback: Mon blog interviewé par WHV.fr ! | EnjoyTravel57

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.