L’aventure de l’auto stop pour voyager en Argentine

0

voyager en argentine en auto stopDamien et Marlène, un jeune de couple de 24 et 25 ans ont décidé de partir en Amérique du Sud après leurs études. Ils tiennent un blog de voyage appelé « escapadons-nous » qui a pour objectif de donner des infos, conseils et bons plans aux voyageurs. Aujourd’hui, il nous parlent du choix de l’auto-stop pour voyager en Argentine !

escapadons nous en pvt argentine

Pourquoi avoir choisi l’Argentine comme destination de PVT ?

Nous avons choisi l’Argentine car nous voulions vivre une expérience en Amérique du Sud pour nous dépayser et pratiquer l’espagnol avec les locaux. On ne regrette pas du tout ! On a même décidé de voir plus loin que l’Argentine, en visitant d’autres pays d’Amérique latine. On adore l’Argentine mais on voulait aussi voir ce que le continent entier avait à nous offrir. Et par la suite, lors d’un autre voyage, on souhaite également aller rendre visite aux autres continents ! 🙂

Pouvez-vous raconter l’expérience de l’auto-stop ?

C’est vrai que faire du stop comporte des avantages et des inconvénients, c’est donc à chacun de décider s’il veut en faire. En ce qui nous concerne, au début, nous ne pensions pas nous lancer dans l’aventure de l’auto-stop, puis une amie Argentine que nous avons rencontrée à Rio Grande en Argentine nous a dit qu’il était vraiment très simple d’aller jusqu’à Ushuaïa en stop, que c’était pas loin et qu’on économiserait 300 pesos argentins ! Avec ces supers bons arguments en tête, nous avons tenté le coup ! Tout s’est tellement bien déroulé que nous avons décidé de renouveler l’opération pour la suite de notre aventure, sur des milliers de kilomètres ! En y repensant, nous n’aurions pas pu faire autrement car notre petit budget ne nous permettait pas de prendre les transports en commun tout le temps. En Argentine, ils sont relativement chers car les distances sont importantes et nous aurions certainement fini par envisager l’auto-stop par nous-mêmes.

voyager en van en argentine

Nous avons réalisé de nombreux trajets en auto-stop : des courts et des très longs, des pluvieux et des ensoleillés, des chiants et des marrants ! Notre itinéraire en stop était plus ou moins le suivant : Rio Grande – Ushuaia – El Calafate – Bariloche – Villa la Angostura – San Martin de los Andes – Frontière chilienne en bus – Villarica – Los Angeles – San Fernando – Valparaiso – Santiago – frontière argentine en bus – Mendoza – San Juan – Cordoba – Tucuman – Salta – Jujuy, etc. Et l’aventure continue !

Nous ne passons pas les frontières en auto-stop pour limiter les risques. On ne sait jamais vraiment avec qui on monte et c’est la même chose pour les conducteurs. Ils osent moins prendre des gens en stop lorsqu’il faut passer la douane un peu plus loin. On peut les comprendre !

itineraire voyage argentine

Actuellement, nous sommes en Bolivie et nous prenons le bus car les prix sont très accessibles et les Boliviens ont la réputation de ne pas prendre les gens en stop ou de leur demander une participation financière.

Quelles sont les techniques à adopter ?

Pour être pris en stop, nous essayons de nous placer à des endroits judicieux : à la sortie d’une ville, sur la route qui mène à notre destination. Il faut trouver un endroit qui permette aux conducteurs de bien vous voir et de s’arrêter. Nous essayons de donner confiance aux conducteurs qui passent et de nous mettre sur des tronçons de route où les véhiculent doivent forcément ralentir. Ainsi, ils nous voient mieux et ont plus de temps pour réfléchir et s’arrêter.

stop sur la route en argentine

Ce n’est pas toujours un moyen de voyager agréable ! Vous n’êtes jamais certain d’arriver à destination et qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il grêle, vous êtes sur la route à tendre votre pouce ! Cependant, c’est aussi une superbe aventure qui permet de rencontrer des gens de tous les horizons. Il arrive de faire de véritables belles rencontres et de s’apercevoir que certaines personnes sont prêtes à vous aider alors qu’ils ne vous connaissent pas. Tout dépend de votre état d’esprit et de ce que vous attendez de votre voyage.

Tous les Argentins nous disent qu’il est difficile de faire du stop dans leur pays, que normalement, ils ne s’arrêtent pas et que les gens ont peur de se faire voler ou agresser. Mais on a toujours trouvé quelqu’un pour nous emmener. Il faut savoir être patient, certes, mais c’est ça l’aventure de l’auto-stop ! On ne trouve pas toujours rapidement ! De notre ressenti, la majorité des Argentins sont prêts à vous aider, ils le font avec plaisir. Il nous est arrivé de galérer pendant des heures à attendre qu’une voiture s’arrête (même sous la pluie) mais nous avons fini par arriver à destination. Un conseil : levez-vous tôt pour anticiper tout imprévu. Car des imprévus, il y en aura !

Quel a été votre meilleur souvenir d’auto-stop ?

Le trajet El Calafate – Bariloche qui fait 1500 km et qu’on a réalisé en 2 jours seulement. Quand on y repense, les routes étaient désertes et parfois sur des centaines de kilomètres vous aviez besoin d’un 4×4 pour passer tellement la route était en mauvais état ! Sur le moment, ce n’était pas toujours agréable mais finalement, avec du recul, c’était top !

Quel a été votre pire souvenir ?

Monter à l’arrière d’une camionnette avec deux personnes qui avaient bu ! Malheureusement, nous ne l’avions pas remarqué tout de suite. Nous avions beaucoup attendu avant qu’une voiture s’arrête et nous n’avons pas été suffisamment vigilants avant de monter dans le véhicule. C’est pour cette raison que maintenant, nous essayons de réaliser moins de kilomètres dans une journée (max 400 km) et de partir tôt le matin. Ainsi, nous avons plus de temps et nous pouvons mieux choisir avec qui partager notre route !

Quelle prochaine étape allez-vous faire en auto-stop ?

Aucune idée ! Nous sommes actuellement en Bolivie et nous ne pensons pas faire d’auto-stop ici (bus pas chers et pays difficile pour faire de l’auto-stop). On verra bien ! 🙂

Avez-vous fait des rencontres intéressantes ?

Oui, beaucoup ! En fait, chaque personne que nous avons rencontrée nous a appris quelque chose : sur sa vie, sur son pays, sur sa manière de voir les choses, etc. De plus, certaines personnes nous ont laissé leur carte de visite au cas où nous rechercherions du travail par la suite, d’autres nous ont laissé leur numéro de téléphone et nous ont par la suite repris pour un autre trajet que nous avions en commun, d’autres nous ont invité au restaurant, à boire un coup, à dormir chez eux, etc. Faire du stop, c’est réellement vivre des choses inattendues !

Partager

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.