Vivre à Montréal : l’expérience de Virginie et Julien

0

Parc Jacques Cartier Montreal

Virginie, 25 ans et Julien 26 sont partis explorer le Canada en PVT. Elle a une licence en communication et commerce des produits culturels et il est diplômé d’un BTS en vente et construction. Ils ont tous les deux trouvé leur bonheur niveau boulot à Montréal mais qu’en est-il du reste ? Nous avons posé des questions sur le quotidien de ces deux voyageurs en WHV Canada !

Suivez leurs aventures sur leur blog weliveinmontreal.

Le choix du Canada

Nous avions envie de voyager, mais hors de l’Europe, prendre de la distance pendant quelques temps et surtout voir autre chose.

Le Canada nous a attiré avec ses grands espaces, sa proximité avec les États-Unis, le fait que l’on puisse parler français à Montréal tout en pouvant parfaire son anglais. En plus, nous connaissions du monde sur place. Disons que ça nous a permis de prendre un risque mais de façon sécurisée !

Et il y a tellement de choses à voir et à faire ici, on avait comme l’envie de partir à l’aventure et faire autre chose de nos vies !

Les grandes étapes de leur WHV au Canada

Etape 1 : L’arrivée à Montréal

arrivée à Montréal

Nous venons de Tours, une ville moyenne où tout le monde se connait.

Alors ça a été une sacrée étape pour nous d’arriver ici, découvrir les grandes rues, les grands centres commerciaux, les grands espaces… Tout était « Grand » pour nous !

Etape 2 : Trouver un travail

Julien a trouvé assez facilement mais il cherchait un petit job, rien de spécifique. Il a commencé en tant que… bûcheron ! Disons que ça faisait partie du défi « quitte à travailler au Canada, je veux faire bûcheron au moins une fois », c’est chose faite !

Pour ma part j’ai voulu trouver dans mon domaine directement… Mais c’est assez compliqué, à moins d’avoir beaucoup de chance ! On parle pas mal de « première expérience Québécoise » ici. Quand vous présentez votre CV, si l’employeur est intéressé, il aime pouvoir vérifier vos références, la première expérience ici est donc super importante, elle sert de référence pour les prochains employeurs ! Ce n’est pas une généralité, mais on est beaucoup à être passés par là !

Etape 3 : Voyager

Autour de Montréal, il y a beaucoup de choses à voir. Nous avons donc profité de nos weekends pour visiter!

On a pu découvrir Toronto, les Chutes du Niagara, les 1000 Îles, Ottawa, New-York, Québec, les Chutes Montmorency, Jacques Quartier, les Îles de Boucherville, les Laurentides… Et bientôt Boston, Tadoussac et Saguenay !

chutes du Niagara

Les Chutes du Niagara

Etape 4 : Se faire des amis et trouver un appartement

Je n’ai pas mis l’appartement en priorité parce que quand je suis arrivée Julien était déjà installé, j’ai juste eu à poser mes valises. Les baux sont d’un an ici généralement, il n’y a pas besoin de préavis pour quitter le logement, donc nous avons sagement attendu dans notre demi sous-sol meublé pour partir. A la fin du bail, nous avons cherché quelque chose de mieux.

Nous avons déménagé au 1er Juin dernier, aujourd’hui nous sommes dans un appartement spacieux et lumineux ! Ça a vraiment changé notre façon de voir les choses ici. En investissant dans nos meubles, notre décoration, en invitant plus facilement nos amis à manger sur la terrasse. on a pu se sentir réellement chez nous et nous imaginer plus facilement vivre ici !

Quitter sa famille en France, ce n’est pas simple, et ses amis encore moins. Arrivé ici, la famille, on l’a facilement sur Skype ou au téléphone, les amis s’éloignent rapidement, eux. S’en faire ici, c’est un peu compliqué au début quand on ne connaît personne mais une fois que l’on connait du monde, on se sent tout de suite beaucoup plus « comme à la maison ».

L’accent québécois

Nous n’avons pas réellement eu de problème avec l’accent, disons qu’on les comprend quand même facilement, ça reste du français ! Mais avec quelques expressions et mots différents, comme « je suis chaud » chez nous pour « je suis motivé »… A éviter ici ! Ou dire « j’ai deux gosses » pour deux enfants, si vous ne voulez pas passer pour un pervers… A éviter également !

En revanche, en dehors de Montréal, l’accent est plus difficile à saisir ! Sur mon lieu de travail, j’ai une personne qui vient du Nord de Montréal. Quand il vient me voir au bureau pour discuter avec moi, c’est mon boss qui répond à ma place parce que je ne comprends qu’un mot sur trois, ce qui complique considérablement la conversation… Ça fait rire tout le monde, mais faut pas oublier qu’ici, c’est nous qui avons un accent !

Un hiver à Montréal

Tout le monde ici nous a dit qu’on avait été chanceux de l’hiver 2015/2016. On a eu que deux ou trois journées à -25/-28 avec un ressenti de -40… Quant à la neige, on en a eu, mais pas assez selon les Québécois. Pour ma part, ça m’a suffi ! Les premiers temps, la neige, ça reste « mignon », et quand on en voit on reste le nez collé à la fenêtre… Après ça, « c’est écœurant » (expression typiquement québécoise 😉 ) et on a juste plus envie de mettre un pied dehors.

neige à Montréal

Quant au froid… Essayez d’imaginer vos sinus se coller à l’intérieur quand vous respirez. Arrivés en Mars, on a l’impression que l’hiver ne se terminera jamais. Mais globalement pour supporter l’hiver ici, il faut sortir et essayer d’en profiter un maximum !

Les endroits coup de cœur

Il n’y en a pas qu’un… Moi, je dirais le Vieux Port, c’est beau, c’est agréable, été comme hiver, le Vieux Montréal est super mignon.

Pour le Québec en général, je dirais Jacques Quartier, c’est, pour l’instant, le plus beau Parc que j’aie vu ici, ou le Parc Oméga, un chouette parc animalier où je retournerais avec beaucoup de plaisir ! Il y a aussi Niagara, parce que les circonstances, la météo, les rencontres et mes sentiments ont fait que j’en garde un excellent souvenir !

parc jacques cartier

Parc Jacques Cartier

Pour Julien, je crois que le coup cœur est pour New York, incontestablement. Ça fait bientôt 9 mois que nous y sommes allés et il en parle toujours avec des étoiles dans les yeux !

New York

New York

La bucket list

Elle est plutôt longue ! Ça fait d’ailleurs partie des articles du blog. Il y a un peu de tout dedans, et je ne sais pas si nous aurons le temps et les moyens de tout faire, mais ça va de « faire un barbecue dans la neige » à « fêter les morts à Mexico le 1er Novembre » !

En tous cas, avant de partir, ma bucket list ressemblait plutôt à « trouver du boulot », « faire réparer la voiture », « passer un weekend à faire le tour des caves de l’Indre-et-Loire ». On peut dire qu’ici, notre vision des choses a considérablement changé et Montréal nous a ouvert un tas de portes auxquelles nous ne nous attendions pas forcément : visiter les États-Unis ou l’Amérique du Sud beaucoup plus facilement, partir faire du chien de traîneaux dans le Nord du Québec, etc…

Les rencontres

Il y en a eu tellement… Ca va de notre première amie qui nous a permis de rencontrer tout notre cercle de potes aujourd’hui, au chauffeur de taxi qui nous raconte des histoires sur sa vie pendant le trajet, en passant par les gens que nous avons croisé dans nos voyages ! Ne connaître personne ici en arrivant nous a donné l’occasion de dire oui à un tas d’opportunités.

Par exemple, pour notre voyage aux Chutes du Niagara, j’ai répondu à une annonce sur un groupe de voyageurs. Un couple cherchait deux personnes pour partager les frais du voyage. J’ai dit oui, ça fait un an et nous les voyons toujours. Pas plus tard que la semaine dernière, nous faisions la fête ensemble. Ou notre hôte Airbnb à New York avec qui j’échange encore des mails parfois.

3 conseils aux futurs voyageurs en PVT Canada

  • Profitez-en à fond ! De la préparation du départ au jour où vous quitterez le Canada, ça passe incroyablement vite, et même si l’expérience est moins concluante pour certains, elle est toujours aussi enrichissante. On repart rarement fâché avec le Canada, ou on repart rarement tout court.
  • Gardez contact avec vos amis et vos familles ! Les premiers mois sont assez durs. Pour peu que vous arriviez en hiver, ça va vite vous décourager ! Et même quand on finit par rencontrer du monde ici, avoir des gens qui viennent vous voir à Montréal, c’est toujours super agréable !
  • Préparez-vous à vivre quelque chose de vraiment différent. Montréal, tant qu’on n’y a pas vécu, on a du mal à comprendre l’engouement pour la ville, et c’est difficile à raconter ou à décrire. La ville l’été, l’ambiance l’hiver, le contact avec les gens, le travail et le bien-être !
Street art à Montréal

Street art à Montréal

Partager

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.