Anedoctes et ptits boulots : Valiz Storiz nous raconte son road trip en Australie

0

nastasya trip australia

Nastasya du blog Valiz Storiz est partie en WHV Australie pendant un an. Elle nous raconte son aventure avec beaucoup de fraîcheur et de spontanéité, c’est ce qu’on aime sur son blog et on est heureux de vous le faire partager !

Hello, Nastasya ! Tu peux te présenter en quelques lignes ?

Hello les voyageurs ! Je m’appelle Nastasya, 28 ans (bientôt 29, haaa !) et je viens de… nulle part et partout à la fois ! Quinze déménagements en moins de trente ans, dans la France entière et à l’étranger, j’en perds un peu mon latin !

Malgré cela, j’étais bien partie pour me poser dans une vie paisible et toute tracée avec un CDI, un copain, un joli appartement à Strasbourg et 55 paires de chaussures dans le placard. Et puis… non.

J’ai décidé de tout envoyer péter en décembre 2013. Un mois plus tard, j’étais dans l’avion avec ma vie tenant dans une valise et le projet de faire le tour de l’Australie en van pendant un an.

Dis comme ça, vous vous douterez que je n’aime pas du tout, mais alors, pas du tout, la routine. Haaa, vade retro satanas ! Tout comme sa meilleure amie l’ennui, ni même sa cousine, la résignation…

Moi, je suis une rêveuse. Un Bisounours assumé, qui aime les sourires naïfs, les gaufres à la chantilly, l’odeur du thym séché sur les marchés de Provence, le bruit des oiseaux qui chantent au petit matin et la texture du papier bulle… surtout quand il faut péter les bulles, justement ! Et comme tout bon Bisounours qui se respecte, je suis convaincue qu’on a tous le droit à une vie extra-ordinaire.

Conclusion : j’ai décidé de croire en moi et de réaliser mes rêves de voyage ! Check !

Pourquoi avoir choisi l’Australie pour partir en WHV ?

Mon premier choix de voyage s’est porté sur l’Australie pour des raisons très simples : c’est tout simplement une destination idéale pour une première aventure de voyage !! C’est suffisamment dépaysant pour se perdre et se faire surprendre à chaque seconde… tout en conservant quelques repères, on reste dans un pays occidentalisé tout de même. Cela parle anglais, ce qui simplifie grandement certaines démarches, comme trouver un job, par exemple. C’est une destination très en vogue, ce qui prouve qu’il est assez facile de voyager dans le pays, même à long terme. D’autres l’ont fait avant, ouf ! L’obtention du visa est très simple. Et… c’est à l’autre bout de la planète. De quoi hérisser le poil de ceux en manque d’aventures… !

exmouth valiz storiz

Quels petits boulots as-tu fait ?

J’ai bossé dans différents endroits du pays comme serveuse en restauration, afin de remettre de l’argent de côté avant la suite du voyage. Le salaire horaire moyen est bon (environ 20$ de l’heure), sans compter les pourboires et la satisfaction de travailler avec des équipes internationales. C’est un très bon compromis ! Il faut juste avoir un niveau d’anglais correct pour comprendre les clients. J’ai bossé deux semaines pour faire les vendanges mais j’ai rapidement arrêté, car le taux horaire était trop faible de mon point de vue.

Est-ce que tu as une petite anecdote sympa à raconter sur un de tes boulots ?

J’ai bossé pendant trois mois dans un petit restaurant de tapas à Margaret River, dans le sud du Western Australia. Un matin, j’apporte un café à un client et réalise à mon retour au comptoir que tous mes collègues sont littéralement planqués derrière à regarder le client en question.

« Quésaquo, c’est quoi, l’embrouille ?

– Tu viens de servir le café à Kelly Slater ?

– Qui ça ?

– Kelly Slater, le plus grand champion de surf au monde ?

– Really ??? »

Je ne connaissais même pas sa tête, alors que mes collègues étaient juste en transe… Ah, les Australiens et le surf…

Quels road trips as-tu fait ?

Pour le coup, j’ai réussi à faire tout le tour de l’Australie, comme je l’avais prévu. J’ai atterri à Perth pour acheter un van et commencer le road trip sur la côte Ouest (mon méga-rêve !!!). J’ai donc fait une petite boucle (oh, trois fois rien, 2 000 km…) dans le sud jusqu’à Espérance, avant de remonter le long de la côte Ouest jusque Darwin. De là, j’ai parcouru le Centre Rouge jusque Uluru et Kings Canyon. J’ai ensuite traversé le désert pour me rendre à Cairns sur la côte Est. Et j’ai descendu la côte Est jusqu’à Melbourne et la Great Ocean road, avant de terminer mon dernier mois sur Sydney. Plus de 25 000 bornes, des images de rêve plein les yeux. Objectif atteint !

wave rock valiz storiz

 Peux-tu raconter une anecdote de ton road trip ?

Pfou, je ne calcule même plus le nombre de galères que j’ai vécu au long de ce road trip et qui sont devenues d’excellentes anecdotes à raconter en repas entre potes ! Une de mes préférées reste certainement le jour où je me suis couchée dans mon van et que… une souris a décidé de me réveiller toute la nuit en courant sur mon visage et en mangeant mon paquet de pain de mie. Je me suis relevée vingt fois pour la faire sortir. Un vrai jeu de chat et de la souris, c’est le cas de le dire ! La scène était digne d’un film : en pyjama avec la lampe frontale en place en pleine nuit dans le bush, postée devant mon coin cuisine, à essayer de choper la souris entre les boites de thon et les paquets de riz. J’ai fini par abandonner la poursuite. Je ne l’ai jamais ré-entendu. Mais mes paquets de pâtes régulièrement éventrés m’ont toujours laissé savoir que ma nouvelle coloc de van n’était jamais loin… !

valiz storiz pendant son road trip en australie

Portrait chinois

Si tu étais un personnage de fiction ? Aragorn, du Seigneur des Anneaux (parce que je me demande ce que ça fait d’être le vagabond le plus sexy en Terres du Milieu) !

Si ton année en Australie était un film ? Tracks, définitivement pas pour les chameaux ni même pour les 1 500 bornes dans le bush, mais pour la dimension psychologique d’un voyage en solo, très bien retranscrit dans ce film : les moments d’introspection, de solitude, d’harmonie et de doutes, it has it all !

Si tu avais une seule image à retenir de ton année en Australie ?

Le paysage du bush infini sur les hauteurs de Kings Canyon. J’ai compris en une seconde que le bonheur ne dépend pas de ton statut social ni de la grosseur de ton compte en banque, ni même du regard des autres. Là, j’étais juste une petite fourmi inutile et seule, mais bien vivante. Et c’est tout ce qui importe. Enjoy mate !

valiz storiz à Kings Canyon

Si tu devais ne retenir qu’une seule rencontre de ton année en Australie ? et pourquoi ?

Toutes ! Impossible de faire un choix. C’est chaque rencontre unique qui m’a fait grandir, m’a ouvert l’esprit et m’a émerveillé. Celui qui m’a aidé alors que je n’avais rien à donner en retour, celle qui m’a fait rire quand ça n’allait pas, celui qui m’a aimé quand je n’avais plus confiance en moi. C’est toutes ces personnes dans leur singularité que je n’oublierai jamais.

Si tu devais décrire ton aventure en un mot ?

Résurrection (comme la signification de mon prénom d’ailleurs, c’était écrit) 😉

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur mon retour d’expérience en Australie, ça se passe sur le blog Valiz Storiz ! N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou juste besoin d’échanger !

Partager

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.