Parlez vous Québécois ?

1

On le sait tous, au Québec, la langue officielle est le Français. Malgré ça, et ceux qui sont sur place peuvent le confirmer, il n’est pas rare que certaines incompréhensions et malentendus apparaissent entre français et québécois. Vous savez ces situations où l’on se sent bête sur le moment et dont on rit ensuite ! L’autre jour, ma collègue québécoise m’a demandé à la cafétéria « Est-ce que tu peux me passer un cabaret stp ? » Alors un cabaret ? Qu’est-ce que ça peut bien être ? Non je ne suis pas en train de voir un spectacle de danse … j’ai été surprise lorsqu’elle m’a montré du doigt un plateau !

Parlez-vous-Québécois-

UN PEU D’HISTOIRE : POURQUOI PARLE-T-ON FRANÇAIS AU QUEBEC ? 

Il faut remonter au 16e siècle. François Ier voulait lui aussi sa place sur le nouveau continent. Ainsi, c’est en 1534 que Jacques Cartier (grand explorateur) accoste sur la côte de Gaspé et y plante le drapeau français. La Nouvelle France est née. Cependant, ce n’est qu’un siècle plus tard en 1663 que les français venus de Bretagne et de Normandie commencèrent à venir s’installer en Nouvelle France et le français devint tout naturellement la langue officielle.

Mais la route sera semée d’embûches pour les francophones ! En 1763, la France perd la guerre de 7 ans et cède la Nouvelle France aux Britanniques. Les anglophones prennent le pouvoir et le français est reclassé au rang de dialecte. Malgré cela la langue française traversa les conflits et les siècles. Dans les années 60, elle devient même une réelle arme de combat, symbole de liberté contre la majorité anglophone. Aujourd’hui, les québécois parlent non pas le « français de France » mais le « français du Québec » et ils en sont très fiers !

QUELS SONT LES USAGES DU FRANÇAIS AU QUEBEC ? 

– Le Français du Québec est moins formel que le français de France.

C’est une règle de langue que l’on retrouve dans tous les pays du continent Américain. Contrairement à l’Europe, l’usage du « vous » est très mal vu. Au Québec, on oublie le « vous » tout le monde se tutoie et c’est bien plus simple comme ça ! Le vouvoiement est considéré comme snob et hautain.

– Les québécois utilisent beaucoup d’abréviations :

  • Je : Me
  • Je suis : Chu
  • Tu sais : Tsé
  • Ton chum : Ton mec
  • Ça n’a pas de sens : Ç’a pas d’allure
  • Je vais : M’as
  • Il : Y  « Y va au cinéma « 
  • Elle : A « A perdu ses clés »

– Les québécois utilisent des mots de « vieux français »: 

Les québécois n’abandonnèrent jamais le français au fil des années et de la domination anglaise mais celui du 18ème siècle! On comprend mieux pourquoi les québécois utilisent de nombreuses expressions quelques peu démodées !

Par exemple ils vont boire un « breuvage » dans un café et non une boisson. Lorsqu’ils sortent de la maison ils enfilent leurs «souliers» et non leurs chaussures. Lorsqu’un enfant fait une bêtise il a une « pénitence » et non une punition. Au Québec on fait cuire ses pâtes dans une «marmite » ou un « chaudron » et non dans une casserole. Lorsque qu’il fait frais, ils mettent un « chandail » et non un gilet.

– Le québécois peut créer quelques malentendus :

  • Une Catin est une poupée et non une prostituée.
  • Baveux signifie arrogant et non quelqu’un qui bave.
  • Le 5 à 7 : Si on vous propose un 5 à 7 on ne vous propose pas un rendez-vous galant mais bien un verre entre amis après le travail.
  • Au Québec le matin vous déjeunez, le midi vous dinez et le soir vous soupez.
  • Le dépanneur est une épicerie : il ne vous aidera pas si vous êtes en panne de voiture.
  • Les gosses ne sont pas des enfants mais les testicules.
  • Si quelqu’un vous dit arrêter de chialer lors que vous ne pleurez pas c’est normal ! Cela signifie qu’il faut que vous arrêtiez de gueuler.
  • Lorsque vous dites « merci » et que l’on vous répond « bienvenu » tout est normal.
  • Si votre voisine vous dit qu’elle est brulée, n’imaginez pas le pire elle est juste très fatiguée.
  • A la cafétéria n’oubliez pas de prendre un cabaret ! Rien à voir avec la danse c’est le plateau.
  • Au travail si votre collègue n’arrête pas de vous dire il faut peser sur le piton cela signifie cliquer sur une touche.
  • Contrairement au français le verbe jaser n’est pas péjoratif, il signifie simplement discuter.
  •  Si votre ami québécois veut vous parle sa blonde, ce n’est pas de sa bière préférée dont il parle mais bien de sa petite amie.
  • Si vous entendez toute la journée le phrase « c’est correct » c’est que tout va pour le mieux !
  • Enfin même s’il fait froid l’hiver les chaussettes n’existent pas au Canada, il faudra demander « des bas » bien chaud à la place !

– Le paradoxe québécois et l’utilisation d’anglicisme

Les Québécois se revendiquent comme étant des puristes de la langue française et gare aux anglicismes que nous utilisons à tord et à travers en France ! Non non on ne dit pas un « parking » mais bien «un stationnement», sur la route il n’y pas de panneau «Stop» mais des panneaux «Arrêt» on ne dit pas non plus des «rollers» mais «des patins à roues alignées» et la bas on n’attend pas le «weekend» mais la «fin de semaine» ! On ne fait pas du «Shopping» mais on va «magasiner».

Et pourtant, les québécois utilisent beaucoup de mots anglais dans leurs expressions voici quelques exemples :

  • Dealer avec quelqu’un : signifie accepter quelqu’un
  • Etre down : signifie être fatigué
  • Allez à le party : Signifie aller à la fête
  • Soso : Comme en anglais signifie comme ci comme ça.
  • Le restaurant est full : le restaurant est plein

Une autre tendance est aussi le Chiac.

C’est un langage utilisé par les jeunes de l’Etat du New Brunswick près de Moncton. C’est une sorte de franglais qui consiste à franciser les verbes ou les mots anglais :

  • « Il a faké d’avoir mail»  : il a fait semblant d’avoir mal (verbe Faker : faire semblant)
  • « Ça t’tente tu d’aller watcher une vue? » (Est-ce que ça te tente d’aller voir un film?)
  • « Espère-moi su’l’corner » : Attend moi dans le coin de la rue.
  • « J’ai crossé la street. » J’ai traversé la rue.

– Le québécois tout mignon :

  • Les Babines : les lèvres
  • Les Bobettes : les sous-vêtements
  • Débarbouillette : un gant de toilette pour se débarbouiller donc (certains reconnaîtront leur patois local).
  • Fais moi un bec : Fais moi un bisou
  • T’as mis de l’eau dans le Canard ? => As-tu mis de l’eau dans la bouilloire ?
  • Une menterie pour un petit mensonge.

ET EN BONUS : 

– Une vidéo pour apprendre les subtilités du « français du Québec » :

Bon si vous êtes pas des « pro » après tout ça …

Et surtout, n’hésitez pas à enrichir cet article en le commentant avec d’autres expressions ou mots québécois que vous auriez pu entendre et utilisés.

Partager

Un commentaire

  1. C’est même pas « correct » qu’ils disent les québécois, mais carrément « correc » !

    De la même façon, pour eux, on ne passe pas un « test », mais un « tes’  » (comme « test », mais on ne prononce pas la « t » à la fin)

    Tout un apprentissage ahah !

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.