Santé et sécurité en Colombie

La candelarie

Fabrice du blog Instinct Voyageur est expatrié en Colombie. Nous lui avons demandé de nous éclairer sur la sécurité et la santé.

Sécurité

La Colombie traine une réputation d’insécurité depuis des lustres. Narco, Farcs, enlèvements, assassinats…Pourtant, comme souvent, la réalité sur place est différente.

La situation a beaucoup évolué, dans le bon sens, depuis quelques années.

Voici l’essentiel à savoir sur ce point.

L’origine du problème

La violence fait partie de l’histoire du pays depuis son indépendance. La Colombie a en effet traversé plusieurs périodes d’instabilités et de violences.

Pour expliquer la situation actuelle, très compliquée, il faut remonter à la fin des années 40.

De 1948 à la fin des années 50, le pays a connu une période de guerre civile appelée « la violencia ». Jorge Eliécer Gaitán candidat libéral (la gauche pour simplifier) est assassiné en pleine rue. Très populaire parmi le peuple, prônant une politique sociale, il aurait sans doute gagné les présidentiels.

La colère suite à son mystérieux assassinat provoque des émeutes puis une insurrection armée contre les conservateurs au pouvoir. Cette véritable guerre civile entre conservateur et libéraux provoquera 300 000 morts.

C’est de cette époque que date le développement des mouvements armés d’extrême gauche et l’apparition des milices d’autodéfenses paysannes contre les exactions de l’armée et des groupes armés conservateurs.

Si la situation n’était pas encore assez compliquée, plus tard, il faudra ajouter la guerre contre et entre les Narcos. La drogue vient compliquer la situation, servant de sources de financement aux différents groupes armés.

La situation actuelle

Il faudra attendre la fin des années 2000 avec le président Uribe pour que la situation s’améliore à la fois sur le front de la guerre contre les Narcos et les guérillas. Uribe va intensifier la lutte contre les FARC et regagner du terrain.

Santos, son successeur, continuera la lutte. Mais il choisit de dialoguer avec les FARC et ouvre des négociations de paix à la Havane.

Depuis Uribe, la situation en Colombie s’est beaucoup améliorée. Les Colombiens voyagent davantage par la route qu’autrefois où de nombreuses liaisons étaient à risque.

Un grand espoir est mis dans les négociations de paix avec les FARC qui doit déboucher sous peu à la signature d’un traité de paix. Les Colombiens cependant doutent du résultat final. Il est vrai que les affrontements avec l’armée continuent.

Espérons, qu’enfin, les négociations soient un succès. Cela mettrait fin à la plus ancienne guérilla au monde.

La guérilla

En fait, il faut considérer la Colombie comme étant constituée de deux pays. Une partie, essentiellement constitué de la jungle, des montagnes et des zones rurales est encore marquée par la présence des guérillas. C’est le cas de l’Amazonie, mais aussi de différentes régions au sud, au nord-ouest et au nord-est. Ce sont en général des régions périphériques et frontalières. Ces zones ont tendance à se réduire de plus en plus au fil des années.

Ce sont des zones où finalement, vous n’avez pas vraiment de raison d’aller. Il n’y a aucun problème de sécurité pour les principaux sites touristiques du pays.

Si vous souhaitez vous rendre dans certaines régions rurales, renseignez-vous toujours au préalable sur la situation. Les groupes armés se déplacent régulièrement pour fuir les attaques de l’armée.

Ainsi, le parc naturel du Cucuy, peu touristique, est pourtant une merveille pour les amateurs de haute montagne. Récemment, la région est devenue moins sûre en raison de la présence de la guérilla.

Une chose est sûre, la situation s’améliore. Ainsi, les homicides imputables aux conflits armés ont fortement diminué.

La carte du Ministère des Affaires Etrangères ci-dessous montre en rouge les zones à éviter. Comme vous pouvez le voir, ce sont essentiellement des régions frontalières. Il y a du progrès, car il y a encore quelques années, la presque totalité du pays était en rouge…

securite

Délinquance de voie publique

En Colombie, c’est le principal problème au niveau de la sécurité, surtout dans les villes. C’est à cette délinquance que vous aurez à faire au quotidien.

Cependant, ce problème n’est pas propre à la Colombie. Dans tous les pays d’Amérique Latine, vous rencontrerez la même situation. Dans certains pays d’Amérique Centrale, la situation est même pire.

En Amérique Latine, vous pouvez vous faire détrousser presque n’importe où et n’importe quand. Ou presque. Il faut avoir cela à l’esprit. Rien de grave, la plupart du temps, il n’est question que de vols à l’arraché. De plus, dans la grande majorité des cas, il est possible d’éviter les problèmes.

A ne pas faire :

exemple-a-ne-pas-faire

sac

Conseils

– Évitez certains quartiers. Pour cela, demandez sur place aux locaux si le quartier est à risque.

Prenez un taxi pour rentrer chez vous le soir.

– Ne vous promenez pas avec du matériel de valeur à la vue de tous, genre appareil photo autour du cou.

– Soyez attentifs dans les bus, les vols y sont fréquents. Ne pas laisser des objets de valeurs par exemple au dessus du siège passager.

Verrouillez vos portes lorsque vous vous déplacez en voiture.

– Évitez de voyager avec une grosse somme en liquide sur vous. Retirez de l’argent dans les distributeurs situés dans les centres commerciaux ou dans les banques.

Evitez les déplacements de nuit.

– Ne résistez jamais à une agression. Donnez tout de suite ce que vous avez.

Vous trouverez plus d’infos dans mon guide « la méthode a.t.i.p.i.c. pour voyager en sécurité ».

Santé

Quels sont les risques principaux en Colombie ?

  • Le risque de noyade : en effet, il y a beaucoup de baïnes dans la mer des Caraïbes par exemple. Restez alerte et ne vous baignez pas si cela vous est déconseillé.
  • Le paludisme : il peut être prévenu grâce à des vêtements longs, des sprays pour peau et pour vêtements, des moustiquaires ou des diffuseurs électriques. Un traitement adapté à chacun sera à prendre. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccination international.
  • Le chikungunya, qui sévit depuis 2013 aux Antilles. Là encore, des règles de prévention sont à observer : vêtements longs, sprays pour les vêtements et la peau, moustiquaires pour la nuit.
  • Zika

sante

Quelques conseils

  • L’eau en Colombie n’est considérée comme potable qu’à Bogotá. Cependant, il est conseillé de ne boire que de l’eau en bouteille, d’éviter de manger des légumes crus et d’éviter les glaçons.
  • Bogotá étant une ville à 2700 mètres d’altitude, les voyageurs peuvent ressentir le mal des montagnes. Prévoyez à l’avance des solutions si vous êtes une personne sujette aux maladies respiratoires et cardiaques.
  • Il n’y a pas de vaccin obligatoire pour entrer en Colombie. Cependant, la vaccination contre la fièvre jaune est vivement recommandée à toute personne qui souhaite se rendre dans les régions côtières de l’Atlantique, du Pacifique, dans la région amazonienne, dans la région des « Llanos ». Cette vaccination est également exigée pour toute entrée dans un parc national.

Avant de partir, n’hésitez pas à consulter le site du ministère des affaires étrangères sur la Colombie.

Les frais médicaux en Colombie sont très élevés, assurez-vous de souscrire à une assurance avant de partir pour pallier à toute éventualité. Par ailleurs, l’assurance est incluse dans la liste des prérequis pour l’obtention du visa PVT il est noté qu’il faut « Disposer d’une assurance couvrant la maladie, l’hospitalisation, la maternité, l’invalidité et le rapatriement »

Consultez le comparatif assurance PVT Colombie et trouvez la solution la plus adaptée à votre voyage.

Bonne nouvelle en Colombie, le pays possède l’un des meilleures systèmes de soins d’Amérique du Sud.

D’autres pages sur la Colombie :

>>Le budget en Colombie

>>L’hébergement en Colombie

>>Le transport en Colombie

>>Les étapes pour obtenir son PVT Colombie