Camille du blog « ça pédale fort » nous raconte son WHV Nouvelle-Zélande

0

camille en WHV Nouvelle Zelande

Aujourd’hui, on vous présente Camille, 29 ans et attirée par le voyage depuis toute petite grâce à sa famille. Pendant longtemps, elle s’est contentée de partir en vacances, 3 semaines par ci, 3 semaines par là, par manque de temps et d’argent.

Un jour, elle décide de partir à Singapour en tant qu’expatrié. Une expérience qu’elle a beaucoup apprécié mais qui a mis fin à sa relation amoureuse. « Au lieu de prendre la décision de rentrer en France, j’en ai profité pour partir de zéro : j’ai décidé de partir en PVT Nouvelle-Zélande.»

Camille aime :

  • Le voyage
  • Les rencontres
  • La couture
  • Les travaux manuels
  • Se moquer d’elle-même

camille à la plage en nouvelle zélande

Elle n’aime pas :

  • Le froid
  • Ne pas comprendre ce qu’on lui dit

« J’ai choisi de venir en Nouvelle-Zélande, car je pouvais parler anglais, que le pays ne me semblait pas trop grand en comparaison avec l’Australie et surtout car j’avais envie de vérifier si les livres que j’avais lus disaient vrai. »

Pourquoi es-tu partie seule ?

Je suis partie seule à l’aventure pour soigner mon cœur et surtout faire de nouvelles rencontres en tout genre, profiter de la vie mais aussi me retrouver et construire quelque chose de nouveau avec comme idée en tête : faire quelque chose pour moi !

Quels petits boulots as-tu fait en NZ ?

paysage nz

Je suis arrivée à Christchurch, en ne sachant rien de la Nouvelle- Zélande, j’avais vaguement entendu parler du Wwoofing et de HelpX mais en me disant que ça ne serait pas pour moi. Que je n’en voyais pas l’intérêt. Vu qu’on ne gagne pas d’argent ! Mais après une semaine de dépenses du quotidien (repas, chambre en dortoir pour dormir…), il fallait trouver une solution. Comme je n’avais pas le niveau pour trouver un vrai job, j’ai commencé par faire du Helpx.

Housework dans une famille néo-zélandaise

Ma première expérience a été un coup dur, j’ai appris le sens du mot Housework, alors que je ne faisais que très rarement le ménage chez moi… Je suis arrivée dans une famille de 7 enfants (dont 5 qui faisaient l’école à la maison). Je ne savais pas à quoi m’attendre. Du coup, j’ai été un peu déconcertée par cette famille qui a ses habitudes, ses propres blagues, ses propres tics de langage ! Rappelons que les Néo-Zélandais ont un accent très nasillard : il faut s’accrocher pour les comprendre. Mon boulot consistait à passer l’aspirateur, faire la vaisselle, tondre la pelouse (première fois de toute ma vie, et oui je suis parisienne !) J’ai adoré cette expérience, ma famille était super sympa !

Un boulot de ferme

Ensuite, je suis allée travailler une semaine dans les vignes avec une famille au top, c’était un boulot sympa, on a bien bu et beaucoup parlé en anglais. Je suis arrivé au moment où les vignes devaient être protégées des oiseaux par filets. Du coup, j’ai passé la semaine à mettre des clips pour que les filets ne s’envolent pas.

Une mauvaise expérience

J’ai continué sur ma lancée, je devais passer 10 jours à réhabiliter un ancien hôpital. Un homme entre 40 et 50 ans était en charge de cet hôpital, qui ne ressemblait qu’à de vieux bâtiments à l’abandon. Cet homme y vivait et y accueillait à prix modique des gens qui ont besoin de logement pas cher. Les blagues déplacées et les commentaires de cet homme m’ont fait rester 2 jours.

Un Helpx en Bed and Breakfast

Après j’ai été secourue par un Bed and Breakfast qui avait besoin de petites mains pour gérer un mariage et faire une formation dans leur haras (ils avaient 3 chevaux). J’ai donc fait la serveuse pour un mariage kiwi. J’ai également pu assister à la formation de chevaux.

Travail dans une ferme de kiwi

Maintenant, ça fait plus d’un mois que j’ai un vrai travail dans une usine de kiwis, dans la capitale du Kiwi, Te Puke ! Mon travail consiste à mettre les kiwis dans une boite, de les protéger par un plastique et de fermer la boite. Un travail très répétitif, mais qui permet de gagner des sous. Je dois avouer qu’on ne se sent pas très valorisé à la fin de la journée, mais heureusement on est nombreux dans cette usine (1500 par jour), ce qui me permet de faire pleins de rencontres !

Quelle est l’expérience la plus folle que tu aies vécu jusqu’à maintenant en NZ ?

Je ne suis pas sûre d’avoir vécu THE Expérience, du genre qu’on n’oubliera jamais. Mais j’ai quand même une petite liste des choses que je n’avais jamais faites :

  • Décider de prendre la route avec quelqu’un que je ne connaissais pas pour traverser le pays et rester une semaine ensemble sur Nelson
  • Passer une soirée dans un karaoké gay, avec un fan inconditionnel d’Elvis Presley
  • Monter 2200 marches pour atteindre un sommet de la montagne en face du Mount Cook (plus haute montagne de NZ)
  • Faire du stop
  • Faire du surf avec des amis
  • Acheter une voiture
  • Me baigner dans des lacs directement fournis par des glaciers

camille en randonnée en nouvelle zélande

Peux-tu nous raconter la meilleure rencontre que tu as faite ?

Ma rencontre la plus forte à été celle d’un anglais, âgé de 58 ans (si mon souvenir est bon). Nous avons beaucoup parlé, mais aussi voyagé un peu, rêvassé sur une plage de surfeur, pris un merveilleux repas dans un restaurant avec une vue sur toute la ville d’Auckland et beaucoup rit ! Une belle rencontre qui m’a permise d’avancer, et avec qui je devrais rester en contact.

As-tu déjà réalisé un road trip ?

J’ai envie de dire que je suis en permanence en road trip vu que je me déplace en voiture, mais ce n’ait pas vraiment le cas…

J’ai passé 10 jours de road trip avec Damien, un belge rencontré sur place ! Nous nous sommes retrouvés au Lac Tekapo, il avait une voiture, j’avais mon sourire !

Le but était de faire de la randonnée dans l’île du Sud.

road trip de camille en nz

Nos étapes :

  • Lac Tekapo
  • Mount Cook
  • Roys Peak à Wanaka
  • Queenstown
  • Manapouri track dans les Milford Sounds

10 jours de route mais aussi et surtout de la randonnée ! On a dormi sous la tente, dans des endroits très isolés, en haut des montagnes, sans eau et avec des toilettes sèches !

J’ai vraiment apprécié ces 10 jours !

Pourquoi as-tu créé un blog ?

J’ai créé mon blog « ça pédale fort » à Singapour car j’avais du temps libre et je voulais partager ma passion de la couture avec tous ceux intéressés. J’ai donc décidé au moment de mon départ en NZ que je pouvais le transformer pour donner des nouvelles à mes amis, parents, et famille. Cela permet de faire passer en image et en écriture ce que je fais. De plus ça permet de garder une trace de ce voyage !

Partager

Laisser une réponse

Captcha * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.